Monde

Le désherbant Roundup de Monsanto a contribué au cancer du septuagénaire Edwin Hardeman, a estimé mardi un jury américain, infligeant un nouveau revers au géant agrochimique, qui avait été lourdement condamné dans un procès similaire l'été dernier.

Ce verdict, qui met en cause le célèbre et controversé produit au glyphosate de Monsanto (racheté l'an dernier par l'allemand Bayer), permet au procès ouvert le 25 février d'engager sa deuxième phase, consacrée à une éventuelle responsabilité de Monsanto. La première phase devait uniquement se prononcer sur une "relation de causalité" entre Roundup et cancer.

Le groupe avait déjà été condamné en août à verser 289 millions de dollars à un jardinier malade d'un cancer.