L'identité de ce djihadiste n'a pas été établie à ce stade, a expliqué jeudi à l'AFP une source proche du dossier. Selon le journal Le Parisien, la personne en relation avec le meurtrier, localisée grâce à son adresse IP, serait basée à Idleb, considérée comme le dernier grand bastion djihadiste et rebelle dans le nord-ouest de la Syrie.

Abdoullakh Anzorov, réfugié d'origine russe tchétchène, avait envoyé le 16 octobre sur les réseaux sociaux, un message audio en russe hésitant après avoir posté la photo du professeur d'histoire décapité à Conflans-Saint-Honorine (Yvelines).

Dans ce message ponctué d'épithètes coraniques, dont l'AFP a eu connaissance et qui a été authentifié par les enquêteurs, l'assaillant est essoufflé. Il explique avoir "vengé le prophète", en reprochant à Samuel Paty de l'avoir "montré de manière insultante". "Frères, priez pour qu'Allah m'accepte en martyr", dit-il selon une traduction de l'AFP.

Ce message a été relayé dans une vidéo diffusée sur Instagram, notamment. Il était accompagné des deux tweets du meurtrier (dont l'un était la photo de la victime) dans lesquels il reconnaissait avoir tué Samuel Paty.

Il contient aussi deux mots en russe faisant référence à l'organisation Etat islamique, selon une traduction de l'AFP. L'enquête a mis au jour une radicalisation rapide d'Abdullakh Anzorov.

Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie de 47 ans, a été tué dix jours après avoir montré à ses élèves de 4e des caricatures de Mahomet lors d'un cours sur la liberté d'expression. Parmi les sept personnes mises en examen mercredi soir pour l'assassinat du professeur, --dont six pour "complicité d'assassinat terroriste"-- figurent deux élèves de 14 et 15 ans du collège où il enseignait et un parent d'élève qui avait appelé sur Internet à la mobilisation après les cours de M. Paty sur la liberté d'expression.

Selon un sondage Ifop pour Sud-Radio et Cnews publié jeudi, près de huit Français sur dix trouvent "justifié" que les professeurs utilisent des caricatures moquant les religions dans un cours sur la liberté d'expression.Grenelle de l'éducation-

Auditionné devant le Sénat jeudi matin, le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a indiqué que le rapport commandé auprès de l'Inspection générale de l'Education nationale pour établir l'enchaînement des faits au collège de Conflans-Sainte-Honorine devrait lui être remis "en début de semaine prochaine".

Cette intervention était précédée d'une rencontre dans la matinée avec les syndicats enseignants pour évoquer la journée du 2 novembre, qui correspondra à la rentrée après les vacances de la Toussaint. Interrogé sur le contenu de cette journée, M. Blanquer a d'ores et déjà demandé à "tous les élus de la République, les conseillers municipaux, les maires, les sénateurs, d'être présents auprès des professeurs le jour de cette rentrée".

Dans l'après-midi, le lancement d'un "Grenelle de l'éducation" devrait mettre davantage les professeurs "au centre de la société" après l'assassinat de Samuel Paty qui a remis en lumière le difficile métier d'enseignant. Censé durer trois mois, il doit notamment déboucher sur une augmentation des salaires des enseignants ou encore sur des mesures de protection supplémentaires.

"Aujourd'hui, il y a un sujet de protection des professeurs mais aussi de reconnaissance des professeurs. Cette question existait avant et nous devons lui apporter une réponse, c'est pourquoi nous travaillons depuis plusieurs mois avec les organisations syndicales", avait annoncé mercredi M. Blanquer lors de la séance des questions au gouvernement au Sénat.

Le Grenelle de l'éducation "repose sur des mots clés, celui de la reconnaissance financière, la coopération, c'est-à-dire le travail en équipe, la modernisation et la protection", a détaillé le ministre.

"Le sursaut national doit nous conduire à considérer que le professeur est central dans notre société et que chacun d'entre nous dans notre vie de parent d'élève, de citoyen, doit respecter les professeurs et avoir des discours qui mettent le professeur au centre de notre société", a-t-il affirmé.

Ajoutant sa voix au débat politique des derniers jours, M. Blanquer a dénoncé jeudi matin sur Europe 1 "l'islamo-gauchisme" qui "fait des ravages à l'université", prenant notamment pour cibles le syndicat étudiant Unef et La France Insoumise. "Ces gens-là favorisent une idéologie qui ensuite, de loin en loin, mène au pire", a-t-il asséné.