Ces échanges ont eu lieu sur la messagerie WhatsApp, a ajouté cette source, confirmant une information de la chaîne BFMTV, sans donner de précisions sur leur contenu.

Le père de la collégienne avait donné son numéro de téléphone sur Facebook dans un message accompagnant une vidéo diffusée le 8 octobre, dans laquelle il appelait à la mobilisation contre Samuel Paty après un cours sur les caricatures de Mahomet auquel, disait-il, avait assisté sa fille.

Cette dernière, scolarisée en deuxième secondaire, faisait bien partie d'une classe à laquelle Samuel Paty a dispensé un cours sur la liberté d'expression, le 6 octobre, mais elle était absente ce jour-là, selon une source proche du dossier.

Le père avait diffusé le 12 octobre sur Youtube une nouvelle vidéo prenant pour cible l'enseignant, où on l'apercevait en compagnie du militant islamiste Abdelhakim Sefrioui.

Les deux hommes étaient en garde à vue mardi après-midi dans cette enquête antiterroriste, avec 14 autres personnes dont cinq collégiens.

Les collègues de Samuel Paty dénoncent "l'impact des réseaux sociaux"

Les enseignants du collège du Bois d'Aulne de Conflans-Sainte-Honorine ont exprimé mardi, dans un communiqué, leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux" après l'assassinat sauvage de leur collègue Samuel Paty pour avoir montré des caricatures de Mahomet.

"Nous exprimons notre vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux. La rapidité avec laquelle l'information est diffusée au plus grand nombre, et son aspect irréversible, sont un véritable fléau dans l'exercice de notre métier", affirment les professeurs dans un communiqué.

Aussi, ils expliquent "réclam(er) le droit d'exercer (leur) profession dans le respect de la liberté pédagogique et en toute sécurité".

"Le socle de l'école publique repose sur les valeurs républicaines et laïques. Ce sont bien ces valeurs que défendait Samuel dans son enseignement sur la liberté d'expression. À travers lui, c'est toute l'école républicaine qui est visée", dénoncent-ils.

"Aujourd'hui, nous réaffirmons, plus fort que jamais, notre attachement à ces valeurs et notre détermination à les transmettre au quotidien dans l'intérêt des élèves", ont-ils tenu à rappeler.

"Samuel était un collègue investi dans sa mission auprès des élèves. Nous garderons en mémoire tous les bons moments partagés avec lui", ont-ils assuré.