Le président français Emmanuel Macron va s'exprimer ce mercredi à 20h dans une première prise de parole après les résultats des élections législatives, qui a privé son camp de la majorité absolue à l'Assemblée nationale. Que va-t-il annoncer ?

Ces mardi et mercredi, le chef de l'Etat a reçu les chefs des partis élus à l'Assemblée pour tenter de trouver une issue à cette crise politique, et l'idée d'un gouvernement d'union nationale a été évoquée par Emmanuel Macron, comme l'a déclaré ce mardi le communiste Fabien Roussel, après sa rencontre avec le président, tout comme Marine Le Pen ce mercredi.

Qu'est-ce que c'est exactement ? C'est un gouvernement constitué de toutes les principales forces politiques présentes au Parlement, sur la base d'un projet de compromis entre les différentes formations politiques. Si l'on connait bien ce système en Belgique, une union nationale n'a jamais eu lieu sous la Ve République en France. C'est un cas réservé aux situations inédites, comme en temps de guerre. L'exemple le plus connu dans l'hexagone est celui mis en place par le général De Gaulle, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Une première initiative du genre avait aussi eu lieu en 1914, avant la Première Guerre mondiale, sur proposition du président Raymond Poincaré, pour faire face à l'invasion allemande. Les socialistes avaient alors rejoint le gouvernement, pour s'en séparer en 1919. 

Ainsi, Emmanuel Macron devrait nommer des ministres issus des partis de gauche, réunis sous la Nupes lors des élections, des Républicains, mais aussi du Rassemblement National. Toutefois, la proposition n'a pas été faite à toutes les formations ayant des sièges à l'Assemblée : Christian Jacob, le patron des Républicains, et Olivier Faure, premier secrétaire du PS, ont indiqué à l'AFP que Macron n'avait pas évoqué de gouvernement d'union nationale avec eux lors de leur rencontre.

De plus, la plupart des représentants de l'opposition ont refusé l'idée, à l'instar de Fabien Roussel, de l'écologiste Julien Bayou et de la France insoumise. "Il n’y a pas de nécessité de gouvernement d’union nationale, ce n'est pas à l’Elysée qu’on doit faire de la politique, c’est dans l’Hémycicle", a déclaré l'élu EELV sa sortie de l'Elysée. De son côté, le député FLI, Manuel Bompard, a estimé que "c'est une perspective dans laquelle on ne peut bien évidemment pas se retrouver". Peu probable donc.