Alors qu'il était en déplacement dans la ville de Cognac le jeudi 7 octobre pour donner une conférence sur la démographie, l'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, s'est lancé dans une imitation osée et inattendue de François Hollande, son successeur au poste de président de la République.

C'est en évoquant le sujet du nucléaire, et plus particulièrement celui concernant la fermeture de la centrale de Fessenheim, que Nicolas Sarkozy a décidé de tacler la décision prise par François Hollande à l'époque. Pour l'ancien chef d'Etat, cette centrale située dans le Haut-Rhin, fournissait "80% de l’électricité de l’Alsace."

Fervent opposant à la fermeture de cette centrale nucléaire emblématique française, Nicolas Sarkozy s'est alors lancé dans une imitation de son successeur François Hollande. "Je me suis demandé... Si par hasard... Il n'y avait pas un risque de tsunami sur le Rhin?", avant de reprendre un ton plus sérieux. "Le nucléaire, on peut être pour, on peut être contre, on peut débattre, mais on ne peut pas en débattre en racontant des sornettes. Le grand accident nucléaire, c’est Tchernobyl et la faillite de Tchernobyl c’est la faillite du système communiste, soviétique, c’est pas le nucléaire", a-t-il expliqué.