Monde

Le géant du jeu vidéo californien Blizzard a décidé de bannir - pour une durée d'un an - un joueur après qu'il a exprimé son soutien aux manifestants de Hong Kong. L'entreprise a également décidé de lui infliger une amende équivalente au montant de ses gains.

Quand la géopolitique s'invite dans le eSport. La célèbre société américaine spécialisée dans la conception et le développement de jeux vidéos Blizzard a pris la décision d'interdire de tournois pour une durée d'un an le jeune Chung Ng Wai. Plus connu dans le milieu des jeux vidéos sous le pseudonyme Blitzchung, le joueur basé à Hong Kong se verra également infliger une amende égale aux montants des gains remportés.

Ce qui a poussé la firme américaine à prendre une telle décision ? Une interview dans laquelle le jeune homme, qui participait à un tournoi sur le jeu Hearthstone, est apparu à l'écran portant un masque, appelant, face caméra, à "Libérer Hong Kong". Blizzard est dans la foulée monté au créneau, affirmant que les propos tenus avaient offensé "une partie ou un groupe du public" et nui à l'image de l'entreprise.

"Comme vous le savez, il y a de sérieuses protestations dans mon pays en ce moment", a expliqué le joueur, avant de préciser: "Mon appel en streaming n'était qu'une manière de participation de la protestation sur laquelle je souhaite attirer plus d'attention."

Si l'entreprise Blizzard est basée aux Etats-Unis, elle est également présente en Chine, via l'intermédiaire de son partenariat financier avec Tencent, entreprise spécialisée dans les services internet et mobiles ainsi que la publicité en ligne. Cette dernière possède également un accord avec la NBA...  qui a fait les gros titres chinois ces derniers jours, le directeur général de la franchise des Rockets de Houston, Daryl Morey, ayant lui aussi affiché son soutien aux manifestants de Hong Kong.