Cette belle histoire débute aux Etats-Unis, dans le Colorado. Ally Tumblin, neuf ans et élève de troisième année, reçoit le devoir de faire quelque chose pour améliorer la vie de sa communauté.

C'est donc pour l'école qu'elle décide d'adresser une lettre à Joe Neguse, le député démocrate du Colorado, raconte CNN. Elle y explique son combat quotidien pour l'audition et l'importance de son BAHA, un implant auditif qui utilise la capacité naturelle du corps à transmettre les sons par conduction osseuse. Cette technologie facilite le quotidien d'Ally qui souffre de microtie - une malformation congénitale de l'oreille externe souvent associée à une atrésie du conduit auditif - mais peut coûter jusqu'à 10 000 dollars et son achat n'est pas couvert par la plupart des compagnies d'assurance.

À la naissance, les médecins ont assuré que ce système était médicalement nécessaire aux parents d'Ally qui ont, eux, constaté qu'ils ne pourraient pas compter sur une assurance pour les aider à couvrir les frais. Pour les systèmes auditifs, les aides des assurances sont différentes en fonction des Etats. La couverture ne couvre généralement que les appareils auditifs traditionnels à conduction aérienne. Les systèmes plus sophistiqués, comme les BAHA, ne sont pas couverts.

"De la naissance à l'âge de trois ans ... ce sont les années critiques du développement. Tous les professionnels de la santé savent que c'est à ce moment que les capacités de l'enfant en matière de langage et de vocabulaire se développent", a déclaré Melissa Tumblin, la mère d'Ally, à CNN. "Il est essentiel de les aider à entendre le mieux possible et il est ridicule que les assureurs refusent ces appareils auditifs".

Après avoir reçu la lettre, le représentant Neguse a établi l'Ally's Act, H.R. 477. Ce projet de loi obligerait les assureurs à couvrir les dispositifs ostéo-intégrés, y compris les BAHA, pour les enfants et les adultes jusqu'à 64 ans.

Ally'Act est soutenu par le représentant républicain de Virginie occidentale David McKinley, qui utilise lui-même un appareil cochléaire, et le représentant démocrate de Californie Mike Thompson. Il a également reçu le soutien du sénateur Elizabeth Warren du Massachusetts.

"Pour Ally et tant d'autres, les appareils auditifs spécialisés sont essentiels pour communiquer. Le fait que les compagnies d'assurance refusent de couvrir ces appareils essentiels va à l'encontre du bon sens", a déclaré M. Neguse à CNN. Le projet de loi aura besoin du soutien de 290 députés pour devenir une loi. Il est déjà soutenu par des dizaines d'associations médicales, dont l'Académie américaine d'audiologie.