La plupart des victimes sont mortes dans des incidents distincts. Un homme de 40 ans a été tué par un voisin qui lui reprochait de jouer de la musique trop fort, deux jeunes hommes abattus dans un parc par un tireur en voiture, un jeune homme de 19 ans a été retrouvé mort sur un trottoir...

Au moins cinq mineurs, dont deux fillettes âgées de 5 et 6 ans, figurent parmi les blessés, tout comme deux policiers touchés alors qu'ils essayaient de disperser un attroupement dans l'ouest de la ville qui souffre d'une violence endémique.

"Trop souvent, et c'est tragique, quelqu'un d'autre est visé, mais un enfant innocent est touché", a déploré le chef de la police David Brown lors d'un point de presse lundi.

Les réjouissances du 4 juillet, qui célèbrent la déclaration d'indépendance des Etats-Unis en 1776, sont traditionnellement endeuillées par des fusillades à Chicago, la troisième plus grande ville du pays, gangrenée par des gangs violents.

En 2020, 15 personnes y avaient été tuées lors de ce long week-end, où les gens sortent dans la rue ou dans des parcs pour des grillades et des feux d'artifice.

Le problème n'épargne pas le reste des Etats-Unis. Selon un décompte provisoire effectué par le site Gun Violence Archive, au moins 150 personnes ont été tuées par des armes à feu depuis vendredi dans le pays.

Les Etats-Unis ont enregistré plus de 19.000 meurtres par armes à feu en 2020, une année marquée par une recrudescence des homicides dans toutes les villes américaines.