Divulguée le 13 février par Piotr Pavlenski, la vidéo intime de Benjamin Griveaux a fait beaucoup de remous. Poussant le candidat à se retirer de la course à la mairie de Paris, les images ont suscité un véritable tollé chez nos voisins français qui ont dénoncé une telle violation de la vie privée. L'ex-candidat LREM s'était exprimé le vendredi 14 février sur le sujet. Il avait alors salué le soutien que lui avait apporté le président français.

" Emmanuel Macron a été parfait, il m'a conseillé de me protéger moi et ma famille en priorité", avait-il expliqué, justifiant son abandon parisien.

Mais si le chef d'Etat l'a soutenu publiquement, sa réaction aurait été bien différente en privé. C'est le quotidien satirique, le Canard Enchaîné, qui l'a révélé dans ses colonnes ce mercredi 19 février. Macron n'aurait ainsi pas hésité à laisser éclater son exaspération." Mais quelle connerie ! Comment a-t-il pu faire ça ? Il y a des choses qu’on ne peut plus faire quand on est publiquement exposé", a lancé le président selon le journal bien informé au sujet des coulisses politiques. " Et certainement pas de commencer une improbable carrière de cinéaste". 

L'histoire a depuis lors pris un tournant judiciaire puisque l'artiste russe à l'origine de la fuite et sa compagne, Alexandra de Taddeo, ont été mis en examen ce mardi 18 février pour " atteinte à l'intimité de la vie privée" et " diffusion sans l'accord de la personne d'un enregistrement portant sur des paroles ou images à caractère sexuel, obtenues avec son consentement".