Emmanuel Macron s'appuie sur des hommes et des femmes - moins nombreuses - aux parcours divers pour présider la France depuis cinq ans et mener la campagne présidentielle.

L'équipe de l'Elysée

Alexis Kohler

C'est le bras droit du président, auquel il est fidèle depuis huit ans. Extrêmement discret, se tenant loin des médias, ce haut fonctionnaire de 49 ans occupe le poste stratégique de secrétaire général de l'Elysée depuis le début du quinquennat. Installé dans un bureau voisin du président, il gère au quotidien les situations d'urgence, les gros dossiers économiques et sociaux, mais aussi politiques, et "tient la maison" lorsqu'Emmanuel Macron est en déplacement.

Brigitte Macron

Elle n'occupe aucune fonction officielle à l'Elysée et présente son rôle comme celui d'"épouse de président". Mais son influence est majeure à ses côtés, selon leur entourage, et elle a publiquement reconnu avoir des échanges parfois "musclés" avec lui.

Le cabinet

Il est composé d'une soixantaine de personnes et a été profondément renouvelé à plusieurs reprises depuis 2017. Certaines d'entre elles s'occupent de la bonne marche de l'Elysée, comme le directeur de cabinet Patrick Strzoda, tandis que d'autres, recrutées pour leur expertise, conseillent le président sur les grands thèmes comme la sécurité, l'emploi ou la culture. Très influent, le pôle diplomatique comprend une douzaine de diplomates, dirigés par Emmanuel Bonne, "sherpa" du président pour les grands rendez-vous internationaux.

Parmi les conseillers les plus proches d'Emmanuel Macron figurent Jonathan Guémas, chargé des discours, Clément Léonarduzzi, qui a la haute main sur la communication, et Bruno Roger-Petit, un ex-journaliste qui supervise les questions mémorielles.

Enfin, Emmanuel Macron peut compter sur un proche à Matignon, son témoin de mariage: l'économiste Marc Ferracci, conseiller en charge du suivi du plan de relance.

Les politiques

Ils n'ont pas de bureau à l'Elysée mais y ont leurs entrées ou échangent par téléphone, sms ou sur les boucles des réseaux sociaux avec le président. Ils viennent de la droite, du centre ou de la gauche et ont rejoint Emmanuel Macron avant ou depuis la victoire de 2017.

Certains d'entre eux font figure de "grognards" rompus aux combats politiques, comme François Bayrou, ex-candidat à la présidentielle et patron du Modem, qui a l'autorité pour dire ce qu'il pense au chef de l'Etat et exprimer parfois ouvertement ses divergences.

Parmi les autres élus venus de "l'ancien monde" pré-2017, figurent Richard Ferrand, ex-socialiste qui préside l'Assemblée nationale, le patron des députés Christophe Castaner ou les ministres estampillés à droite comme ceux de l'Economie Bruno Le Maire, de l'Intérieur Gérald Darmanin et des Outre-mer Sébastien Lecornu. Des jeunes membres du gouvernement, comme Clément Beaune, Julien Denormandie et Gabriel Attal, ont également une influence grandissante.

L'expertise politique de Thierry Solère, député venu de la droite, et de Stéphane Séjourné, qui préside le groupe Renew Europe au Parlement européen, est en outre recherchée par Emmanuel Macron.

Sans apparaître publiquement, certains piliers de la campagne 2017 continuent à peser, comme l'ancien conseiller David Amiel ou Grégoire Potton, qui coordonne la campagne, dans laquelle jouent aussi un rôle important le député Roland Lescure et l'ex-secrétaire générale adjointe de l'Elysée Anne de Bayser.

Les capteurs extérieurs

Se méfiant de la "bulle" politique, Emmanuel Macron cherche aussi à consulter des personnalités de la vie civile, que ce soit dans le monde des affaires, le numérique, la culture voire le sport. A l'instar de Jean-Marc Dumontet, patron de plusieurs théâtres parisiens, l'animateur Stéphane Bern sur le patrimoine ou encore le patron du groupe d'économie sociale et solidaire Jean-Marc Borello. Tradition familiale oblige, il apprécie aussi les échanges avec des médecins.