Les paris sont ouverts pour la succession de Benoît XVI

ROME À chaque événement planétaire (élections, compétitions sportives, décès, etc.), les bookmakers sautent sur l’occasion pour lancer les paris. La succession papale n’échappe pas à la règle. Les principaux bookmakers britanniques et irlandais plaçaient hier deux Africains parmi leurs favoris pour succéder au pape Benoît XVI, mais aussi un Québécois.

William Hill, le plus important des bookmakers britanniques, misait à trois contre un sur le cardinal nigérian Francis Arinze (déjà favori à la succession de Jean-Paul II lorsque les paris furent ouverts, avant que Mgr Ratzinger n’émerge finalement), et à sept contre deux sur le Ghanéen Peter Turkson et le Canadien Marc Ouellet. L’agence irlandaise de bookmakers Paddy Power alignait le même trio de tête mais plaçait en numéro un Mgr Ouellet.

L’élection d’un pape non-italien reste toutefois incertaine, un quart des cardinaux chargés de choisir le nouveau souverain étant italiens.

Hormis Benoît XVI et Jean-Paul II, un Polonais, seuls des Italiens ont exercé les fonctions d’évêque de Rome depuis l’an 1523, date de la mort d’Adrien VI. Deux Italiens sont justement en lice. Le premier est l’archevêque Angelo Scola (8,00), suivi du cardinal secrétaire d’État Tarcisio Berlone (actuel numéro deux du Vatican).

Les bookmakers ont également ouvert des paris sur le nom du prochain pape : Pierre (5,00), Pie (6,00), Jean-Paul (7,00) ou un nouveau Benoît (9,00) sont cités.

Parmi les paris les plus saugrenus, Coral affichait une cote de 2.000 contre un pour l’élection de l’ancien coureur cycliste Lance Armstrong.

V. S.


© La Dernière Heure 2013