Dans un communiqué, le procureur a annoncé l'ouverture d'une enquête "relative aux violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique (gendarmes)".

"Cinq hommes (nés en 2001, 2002, 1998, 1999 et 1984, sans antécédents judiciaires à l'exception du dernier) sont actuellement en garde à vue", a-t-il précisé.

Deux autres enquêtes judiciaires sont en cours, a ajouté M. Astruc.

La première "pour blessures involontaires avec ITT supérieure à 3 mois faisant suite aux graves blessures d'un jeune homme né en 1999, demeurant à Rennes, inconnu de la justice".

Un jeune homme "a perdu une main", avait annoncé dans la matinée le préfet Emmanuel Berthier.

Le procureur a indiqué que ce jeune homme "subit actuellement une intervention chirurgicale tendant à une amputation".

"L'enquête a été confiée à la Section de recherches de Rennes. Elle doit permettre de déterminer les circonstances exactes et l'origine de ces blessures", précise-t-il.

Enfin une autre enquête a été ouverte relative à l'organisation de la free party.

Une tentative de dispersion de ce teknival illégal a tourné à l'affrontement violent entre fêtards et gendarmes, dans la nuit de vendredi à samedi à Redon (Ille-et-Vilaine), faisant plusieurs blessés.