Sa garde à vue à l'hôpital en début d'après-midi a été levée peu de temps après, l'homme de 38 ans n'étant finalement pas en état d'être entendu à ce stade, selon la même source.

Il a été grièvement blessé par balle au niveau du thorax par des tirs des policiers.

Parallèlement, la garde à vue entamée dimanche dans les locaux de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) des trois policiers, deux hommes et une femme qui auraient tiré sur le véhicule, a été prolongée lundi, selon le parquet.

Ils sont entendus pour "violences ayant entraîné une ITT (interruption totale de travail) de plus de 8 jours avec arme par personne dépositaire de l'autorité publique" et désormais également pour "violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner par personne dépositaire de l'autorité publique".

La passagère avant, touchée par balle au niveau de la tête, est décédée dimanche des suites de ses blessures.

La mesure de garde à vue a été prise "en raison de la gravité des conséquences des tirs réalisés et afin de vérifier les conditions d'usages de leurs armes par les intéressés", selon le parquet.

Ce contrôle s'est déroulé samedi en fin de matinée dans le XVIIIe arrondissement, dans le nord de la capitale.

Des fonctionnaires à VTT ont d'abord remarqué "une voiture avec quatre passagers dont l'un ne portait pas sa ceinture de sécurité", avait relaté samedi une source policière.

Alors qu'ils s'en approchent, la voiture "prend la fuite à très vive allure". Un peu plus loin, alors que les policiers tentent à nouveau de le contrôler, le conducteur démarre et "fonce sur l'équipage de policiers à VTT", selon le récit de la police.

Les fonctionnaires "font alors usage de leurs armes" à plusieurs reprises et blessent gravement "le conducteur et le passager" à l'avant, transportés à l'hôpital, selon la source policière. Les deux passagers arrière, un homme et une femme, n'ont pas été blessés.