La mesure annoncée par Tokyo "est irresponsable au plus haut point et va gravement nuire à la santé et à la sûreté publiques dans le monde ainsi qu'aux intérêts vitaux des pays voisins", a dénoncé dans un communiqué le ministère chinois des Affaires étrangères.

Le gouvernement japonais a annoncé mardi qu'il allait rejeter à la mer, après traitement, plus d'un million de tonnes d'eau issue de la centrale de Fukushima, envahie par le tsunami du 11 mars 2011.

Cette opération ne devrait pas commencer avant deux ans et pourrait prendre des décennies. Elle est contestée par les écologistes ainsi que par les pêcheurs et agriculteurs de Fukushima.

Pour Pékin, "l'océan est la propriété commune de l'humanité" et le rejet des eaux "n'est pas une question qui relève des affaires intérieures japonaises".

Le gouvernement chinois estime qu'une telle mesure ne devrait pas pouvoir être prise "sans autorisation" ni sans consultation et accord avec "les différents pays concernés" ainsi que l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).