Le second tour de l'élection présidentielle 2022 à Paris

Résultats du premier tour parisien

Concernant le premier tour de l'élection présidentielle de 2022, les Parisiens se sont exprimés pour le prochain quinquennat en donnant majoritairement leur vote à deux candidats, le président sortant Emmanuel Macron (35,34% des suffrages exprimés - La République en Marche) et Jean-Luc Mélenchon (30,08% - La France Insoumise). Ces résultats ne sont pas représentatifs des résultats nationaux puisque l'extrême-droite n'a que peu d'ancrage dans la capitale, où Marine Le Pen (Rassemblement National) ne fait que 5,54% des voix. Derrière, le candidat Eric Zemmour (Reconquête) faisait, quant à lui, 8,16% des bulletins de votes, un point supplémentaire que dans les résultats nationaux. Les électrices et électeurs parisiens semblent privilégier le vote utile, en ayant préféré deux candidats parmi douze, rassemblant à eux seuls plus de 65% des voix. Le taux d'abstention était de 21,69%. Parmi les votants et votantes, 0,81% ont préféré glisser un bulletin blanc dans les urnes et on décompte 0,39% de vote nul.

Pourquoi la Belgique a-t-elle la possibilité d'annoncer les résultats des élections présidentielles françaises en avance ?

Les médias français sont soumis à une règle stricte concernant la proclamation des résultats lors de l'élection présidentielle française : ils doivent impérativement attendre la fermeture de tous les bureaux de vote avant de pouvoir donner les premières estimations, c'est-à-dire à partir de 20h. Seule exception : ils peuvent annoncer le taux de participation au fur et à mesure de la journée. Dans l'hypothèse où un média de l'hexagone proclamerait un peu trop tôt d'autres résultats à l'aide d'échantillons représentatifs, il s'exposerait à des poursuites judiciaires et à une amende de 75 000 euros.

Cependant, les médias étrangers, dont les journaux belges, ne sont pas soumis à cette règle, et il est monnaie courante que l'électorat français afflue vers les sites d'informations belges  ou suisses pour connaitre en avance les résultats. La DH vous informera d'ailleurs tout au long de la journée des élections présidentielles, grâce à des sondages fiables et représentatifs.

Retour sur la campagne électorale 2022

L'élection présidentielle 2022  est marquée par de nombreux changements notables. Tout d'abord, le nombre de candidats qui est passé de onze (en 2017) à douze (pour cette élection). De ces douze candidats et candidates, sept s'étaient déjà présentés à l'élection présidentielle de 2017.

A gauche, l'union n'a pas été envisageable. Avec cinq candidats en lice, elle a été éclatée sans qu'un rassemblement derrière un candidat commun ne soit réalisé et ce, malgré la primaire populaire, initiative jeune et citoyenne dont l'intérêt était précisément de désigner ce candidat commun. Cette primaire a vite été désavouée par tous les principaux candidats. Des désistements ont également eu lieu lors de la course des parrainages où, successivement, Christiane Taubira et Arnaud Montebourg ont finalement décidé de jeter l'éponge. En tête à gauche dans les sondages et troisième finaliste de l'élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a fait sensation en recueillant 21,95% des voix, soit à 400 000 bulletins près d'accéder au second tour.

C'est la première fois que l'extrême-droite présentait autant de candidats : Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan et Eric Zemmour . Ce dernier, journaliste de profession, a fait sensation sur la campagne en reprenant une rhétorique historique du père de Marine Le Pen  et en s'affirmant comme le candidat le plus à droite de l'élection présidentielle. L'extrême droite fait partie des grands gagnants de ce scrutin, avec un score cumulé de 32% pour les trois candidats en lice, devant donc Emmanuel Macron  et ses 27,85%.

Le président candidat est arrivé en tête de cette élection avec un score plus élevé qu'en 2017. En effet, avec son parti attrape-tout, il a fini d'aspirer les partis politiques traditionnels français, respectivement le PS (Parti Socialiste), porté par Anne Hidalgo (1,9%) et Les Républicains, porté par Valérie Pécresse (4,8%)

Ces résultats à l'élection présidentielle 2022 dégagent un certain nombre d'informations : le clivage gauche-droite traditionnel n'a plus lieu d'être, il est maintenant remplacé par trois grands pôles : la gauche républicaine, le macronisme, et l'extrême droite. Le duel retour Macron-Le Pen pour le second tour devrait, selon les sondages, être plus serré qu'en 2017. En cause, le bilan d'Emmanuel Macron, sur le plan économique et social, sur le pouvoir d'achat et sur sa gestion de la crise des gilets jaunes et de l'épidémie de covid-19. Le conflit en Ukraine, survenu en pleine période électorale, se déroulant aux portes de l'Europe, a également grandement influencé le débat politique, en matière d'appartenance ou non à l'Union Européenne et à l'Otan, ainsi que sur la position souveraine de la France.

Quels enjeux pour le second tour ?

Pour ce deuxième tour, deux idées radicalement différentes s'opposent concernant la vision européenne. D'un côté, Emmanuel Macron est un pro-européen et atlantiste, garant de la souveraineté européenne et fondamentalement hostile à l'émergence de différentes formes de nationalisme en Europe.

De l'autre, Marine Le Pen n'a jamais caché son hostilité à l'influence de l'Union Européenne sur les décisions hexagonales et proclame assez souvent sa volonté de renégocier les traités européens. Elle avait proposé également en 2017 de sortir de l'euro et de retourner au franc, avant de revenir sur cette décision.

Le "front républicain" traditionnel dont la raison principale est de faire barrage à l'extrême-droite commence à s’essouffler. Même si les partis traditionnels et républicains ont appelés à voter Macron contre Marine Le Pen (Pécresse, Hidalgo, Jadot, Poutou, Roussel, etc.), d'autres ont décidé de ne pas prendre position comme Mélenchon qui a simplement déclaré qu'il ne fallait pas "donner une seule voix à Marine Le Pen", sans donner de consigne de vote, et demandé que l'on vote pour son parti lors des élections législatives afin d'être élu premier ministre. Ainsi, selon les différents sondages, le report de voix devrait surtout profiter à Emmanuel Macron pour une prochaine réélection, bien que le score attendu devrait voir l'écart se resserrer comparé à 2017.

Les tendances politiques récentes de la ville de Paris

Historiquement, la ville de Paris  est partagée entre la gauche et la droite suivant les arrondissements.

Les résultats des dernières élections sont très hétérogènes :

  • Aux dernières élections départementales et régionales (2021) : Valérie Pécresse (LR) est devenue présidente de la région Île de France, et la majeure partie des départements sont passés à droite.
  • Aux dernières élections municipales (2020) : C'est Anne Hidalgo (PS) qui a été réélue face à Rachida Dati (LR)
  • Aux dernières élections européennes (2019) : La liste électorale arrivée largement en tête est celle de Nathalie Loiseau (LREM) avec près de 33% des voix, devant la liste de Yannick Jadot (EELV).
  • Aux dernières élections présidentielles (2017) : Emmanuel Macron (LREM) a réalisé l'un de ses meilleurs scores de la ville de Paris, avec 89,68% des voix au second tour.

La DH vous informe des résultats et sondages de la présidentielle en temps réel. En effet, les journaux belges peuvent publier les tendances avant les médias français, qui ne peuvent donner aucun chiffre avant 20h. C’est pour cela que tous nos journalistes vous donneront accès à une info de qualité durant l’entièreté des élections et, a fortiori, pendant le scrutin de ce dimanche 24 avril, depuis nos bureaux en Belgique, à Bruxelles. Comment obtenir toutes les infos, les derniers sondages et les résultats sur l’élection présidentielle 2022 en direct sur la DH ?

Le 24 avril, la DH, en tant que journal belge, vous donnera accès à tous les résultats et sondages du second tour en direct. Pour obtenir les chiffres rapidement, nous vous conseillons de suivre :