Monde

Le processus électoral en République démocratique du Congo "a été chaotique", a indiqué jeudi sur la RTBF le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, affirmant pouvoir "comprendre les inquiétudes que l'on exprime déjà en plusieurs endroits".

La commission nationale électorale indépendante (Céni) en RDC a proclamé cette nuit l'opposant Félix Tshisekedi, vainqueur de la présidentielle du 30 décembre, d'après les résultats provisoires. Cette victoire a aussitôt été contestée par Martin Fayulu, arrivé en deuxième position, qui a dénoncé un "putsch électoral".

"Ce que l'on attend maintenant, c'est de voir la réaction des Congolais eux-mêmes ainsi que des observateurs qui ont eu l'occasion de voir comment se déroulait le dépouillement", a commenté M. Reynders.

"Nous avions demandé que les résultats soient publiés, la Céni vient de faire une publication provisoire, ça montre qu'il y a une évolution dans le débat aujourd'hui et dans le pays, en tout cas à travers l'élection d'un opposant au candidat du régime, mais c'est un processus qui a été chaotique", a-t-il poursuivi.

Le chef de la diplomatie belge a ajouté qu'il allait prendre connaissance des inquiétudes exprimées et ensuite réagir, notamment autour de la table du Conseil de sécurité de l'ONU.