Le président Donald Trump a accusé samedi son prédécesseur Barack Obama de l'avoir mis sur écoute avant l'élection présidentielle du 8 novembre, une annonce provoquant une déflagration aux Etats-Unis.

M. Trump a fait cette accusation dans une série de tweets, sans donner de détails ni de preuves. Il a reproché à l'ex-président d'être une "personne malfaisante (ou malade)".

"Exécrable ! Je viens de découvrir que le président Obama avait mis mes lignes sur écoute dans la tour Trump juste avant ma victoire", a écrit M. Trump.

"C'est du maccarthysme", a-t-il commenté, en référence à la traque des militants et sympathisants communistes aux États-Unis dans les années 1950.


Donald Trump a fait un parallèle avec le scandale du Watergate, l'espionnage politique qui aboutit en 1974 à la démission de Richard Nixon, alors président du pays.

"L'ancien président américain Barack Obama n'a jamais ordonné la mise sous surveillance d'un citoyen américain", a affirmé samedi son porte-parole, démentant les accusations du président Donald Trump selon lesquelles son prédécesseur l'avait fait mettre sur écoute avant l'élection. "Le président Obama, ni aucun responsable de la Maison Blanche, n'ont jamais ordonné la surveillance d'un quelconque citoyen américain", a indiqué Kevin Lewis, porte-parole de M. Obama, dans un communiqué succinct.