Alors que la ville de Nice venait d'être touchée par un attentat, ce jeudi 29 octobre, un commerçant Nîmois, gérant d'une supérette Vival, a jeté de l'huile sur le feu en appliquant une affiche discriminante à l'entrée de son commerce. "À compter de ce jour, toute personne voilée ne sera plus autorisée à rentrer dans le magasin", pouvait-on lire sur l'affiche placardée par le commerçant dans son enseigne, et relayée par le quotidien français Midi Libre.

Rapidement, l'affiche a fait le tour des réseaux sociaux, suscitant des réactions indignées. Le commerce incriminé a d'ailleurs été vandalisé ce vendredi matin. Interpellé par un internaute sur le réseau social, le groupe Casino, propriétaire de l'enseigne Vival, a affirmé avoir fait retirer la pancarte en question aussi vite que possible, ne soutenant évidemment de tels propos. "Nous condamnons cette affiche avec la plus grande fermeté. Il s'agit d'une initiative personnelle, qui va à l'encontre des valeurs de l’enseigne", ont écrit les responsables de la marque.

D'après les médias français, le parquet de Nîmes a fait savoir qu'une enquête avait été ouverte pour refus illicite de vente et discrimination.