Cette démission de Steve Baldwin survient après le limogeage de l'entraîneur de ce club de la NWSL, Richie Burke, à la suite d'accusations de harcèlement verbal et moral.

Steve Baldwin, qui avait été vivement critiqué pour sa gestion du scandale Richie Burke, a déclaré qu'il se retirait après avoir "entendu les inquiétudes concernant la culture d'entreprise de Spirit et la conduite de notre ancien entraîneur".

"Tout le monde s'engage à améliorer la culture du club, à éliminer les distractions et à recentrer l'attention sur les joueuses et la poursuite d'un championnat", a-t-il déclaré.

"Avec cet objectif en tête, et à la demande récente de nos joueuses, j'ai décidé de démissionner en tant que PDG et associé directeur du Washington Spirit, avec effet immédiat", dit-il.

L'entraîneur Burke avait été licencié après une enquête de la National Women's Soccer League sur des allégations de harcèlement. Il a été interdit d'entraînement au sein de la NWSL, qui a critiqué la gestion de l'affaire par le club.

La démission de Baldwin fait suite à une semaine tumultueuse pour la NWSL, qui a vu sa commissaire, Lisa Baird, très critiquée pour sa gestion du dossier depuis les premières accusations formulées par des joueuses.

Tous les matches prévus ce week-end aux Etats-Unis ont été suspendus. Et la Fifa a annoncé vendredi qu'elle ouvrait elle aussi une enquête.

Au coeur de la tourmente, outre Richie Burke, se trouve l'entraîneur du North Carolina Courage, Paul Riley, un Anglais de 58 ans, licencié jeudi par le club après avoir été notamment accusé d'agressions sexuelles par deux joueuses -- des accusations qu'il conteste.