Les faits se sont déroulés il y a trois ans. Clarisse, une pilote d'avion dans la Marine nationale de 28 ans, utilisait Facebook depuis deux ans. Avec effroi, elle a remarqué que des photos d'elle avaient été détournées et postées sur un site pornographique. Grâce à des recherches, elle s'est aperçue que l'auteur de cette manoeuvre était... un de ses collègues militaires.

Juste avant son procès qui s'ouvre ce jeudi, elle s'est confiée à nos confrères d'Europe 1.

"Au début, je n'avais pas du tout conscience du fait que rien n'était protégé" commence-t-elle. "On pouvait taper mon nom sur Facebook et on avait accès à tout mon profil, avec mes informations, mes photos et mes commentaires."

C'est son frère qui l'a prévenue que différentes photos circulaient. "Il m'a demandé si je n'avais pas fait des photos avec quelqu'un. Je ne voyais absolument pas où il voulait en venir. Je le sentais gêné. Il m'a dit d'aller voir les photos sur un site internet et m’a demandé si c'était vraiment moi. Il y avait des photos de moi sur ce site pornographique. Il y avait quelques photomontages qui étaient mal faits. On voyait qu’on avait découpé mon visage et qu'on l'avait mis sur une photo pornographique. D'autres photomontages étaient beaucoup mieux faits."

En continuant ses fouilles, Clarisse est littéralement tombée des nues. "J’ai trouvé des photos que j'appelle 'salies', sur lesquelles il y avait mon visage en civil et en militaire avec du sperme. L'auteur de ces photos avait imprimé mon portrait, il s'était masturbé dessus et avait repris une photo de l’ensemble avec son sexe à côté."

Forcément, elle avoue avoir très mal vécu cette diffusion d'images. "Ça a été tellement dur et choquant que j’ai eu l'impression qu'on était entré dans ma vie sans me le demander. Je l'ai vécu comme un viol. Je me suis sentie salie. Il y a eu de l'humiliation et de la haine."

Pour l'avocat, il s'agit d'un crime d'une nouvelle race: celui du viol numérique. Trois ans après l'affaire, le procès va avoir lieu. L'occasion pour Clarisse de répondre à ses nombreuses questions.