Invité sur RTL, Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique français, est revenu sur la situation épidémiologique en France. Selon lui, les 50.000 nouveaux cas quotidiens de coronavirus rapportés par les autorités seraient très largement sous-estimés. " On estime au niveau du Conseil scientifique qu’on est plutôt autour de 100.000 cas par jour, deux fois plus parce qu’entre les cas diagnostiqués et les cas qui ne se font pas diagnostiquer, les formes asymptomatiques... Donc on est autour de ce nombre de cas", a expliqué le scientifique.
 

Jean-François Delfraissy avait à plusieurs reprises fait mention d'une seconde vague, il ne s'attendait néanmoins pas à ce qu'elle soit si virulente. Selon lui, cette caractéristique pourrait s'expliquer par le changement de température. "Nous sommes surpris par la brutalité de ce qui est en train de se passer depuis 10 jours, depuis 15 jours". Pour le scientifique il n'existe pas mille solutions pour que la situation s'améliore et que la courbe des chiffres redescende: aller vers un couvre-feu plus extrême (aussi d'application les week-ends) ou à terme, reconfiner la population. "Un reconfinement moins dur que celui du mois de mars (...) qui permet à la fois le travail, qui doit s’accentuer en télétravail, et permettrait de conserver une activité scolaire et une activité économique. Il pourrait être de courte durée s’il était mis en place maintenant, et serait suivi de conditions de déconfinement très particulières, en passant par un couvre-feu".

Selon lui, ces mesures doivent être prises au plus vite pour obtenir une efficacité optimale et des effets concrets dans les semaines à venir. Les députés français ont d'ailleurs voté ce samedi 24 octobre la prolongation jusqu'au 16 février de l'état d'urgence sanitaire. Le couvre-feu (de 21h à 6H) qui n'était d'application que pour 20 millions de personnes touche désormais 46 millions d'habitants.