Israël et le mouvement islamiste Hamas se dirigent vers une "guerre à grande échelle", a prévenu mardi soir l'émissaire de l'Onu pour le Proche-Orient Tor Wennesland, appelant les parties à mettre fin "immédiatement" aux affrontements.

Dans sa réponse aux questions des députés, Sophie Wilmès a également appelé à ce cessez-le-feu. "Je suis très inquiète face à l'escalade des tensions. La Belgique appelle d'urgence toutes les parties à désamorcer les tensions et à faire preuve de la plus grande retenue. La Belgique n'a de cesse d'appeler Israël à cesser les activités de colonisation. Elles mettent en péril la solution à deux Etats. (...) A New York, la situation est débattue au Conseil de sécurité (de l'ONU), nous espérons une déclaration officielle ferme." Pressée par plusieurs membres de la majorité (PS, CD&V et Ecolo-Groen) d'oeuvrer dans la direction de sanctions à l'encontre d'Israël, conformément à l'accord de gouvernement, Sophie Wilmès a appelé à "garder notre sang-froid et notre capacité de parler aux interlocuteurs de ce conflit d'une très grande complexité."