Alors que Joe Biden a remporté les Etats de Pennsylvanie et du Nevada samedi après-midi, devenant ainsi le 46e président des Etats-Unis, le président sortant semble avoir des difficultés à reconnaître sa défaite.

Après plusieurs tweets publiés samedi dans la soirée (heure belge), dans lesquels Donald Trump clame haut et fort sa victoire, le candidat républicain a réitéré ses propos ce dimanche après-midi. Dans une série de tweets publiés à 14h45 (heure belge), Donald Trump dénonce encore une fraude à grande échelle. "Il y a un certain nombre de déclarations sous serment selon lesquelles il y a eu des fraudes électorales", déclare le président sortant, reprenant les propos de l'avocat pro-républicain Jonathan Turley. "Nous avons un véritable passé de problèmes électoraux dans ce pays".

© Twitter Donald Trump

A l'accoutumée, le candidat républicain s'en prend principalement aux votes par correspondance, qui, selon lui, "truqueraient" l'élection: "En Pennsylvanie, un juge de la Cour suprême a ordonné de séparer les bulletins de vote reçus après la date limite fixée par la loi (...). C'est un grand nombre de bulletins de vote. Quand on parle de problèmes systémiques, il s'agit de la façon dont ces bulletins ont été authentifiés, parce que s'il y a un problème dans le système concernant l'authentification, cela affecterait sérieusement l'ÉLECTION ENTIÈRE - Et ce qui me préoccupe, c'est que nous avons eu plus de cent millions de bulletins de vote par correspondance dans des villes comme Philadelphie et Detroit".

Si Donald Trump semble toujours nier sa défaite, il faut reconnaître que ses propos sont plus calmes et davantage argumentés que ceux de ce samedi. Sans doute car le Républicain a purement et simplement repris les déclarations de son avocat.


"Ces gens sont des voleurs"

Quelques minutes plus tard, sur le coup de 15h20, heure belge, Trump a à nouveau partagé une nouvelle série de publications sur son réseau social favori, moins nuancées cette fois. Elles visent directement les Démocrates, que Trump accuse d'avoir volé l'élection : "Nous pensons que ces gens sont des voleurs. Les machines des grandes villes sont corrompues. C'était une élection volée. [...] Il est impossible d'imaginer que Biden puisse dépasser Obama dans certains de ces États."