Le patron irlandais pense d'ailleurs qu'il n'y aura pas de grève européenne à la fin juin ou au début juillet, contrairement à ce qu'avancent différents syndicats à travers le continent. "Nous ne pensons pas qu'il y aura de grève en Belgique à la fin du mois de juin", affirme Michael O'Leary, notant par ailleurs que des négociations avec les représentants du personnel de cabine en Belgique sont prévues mercredi.

C'est à l'issue de cette rencontre qu'une décision sera probablement prise en Belgique quant à une nouvelle action de grève du personnel de cabine et des pilotes, tous deux ayant déjà déposé un préavis de grève en ce sens. Une première grève de trois jours avait en effet eu lieu en avril dernier.

Une grève qui a eu peu d'impact, selon le dirigeant. "Plus de 60% des vols à destination et en provenance de la Belgique ont été maintenus. Tous les passagers ont été avertis à temps et ont bénéficié d'une nouvelle réservation ou d'un remboursement. Pas un seul passager n'a été bloqué."

Le CEO réfute également les allégations syndicales selon lesquelles la compagnie ne respecte pas la législation sur le travail. "+Complete rubbish!+ (C'est complètement absurde!) Nous nous conformons pleinement à la loi belge. Si c'est le cas, pourquoi ne vont-ils pas devant les tribunaux?", s'interroge-t-il.

"Il n'y aura pas de grève européenne", dit-il également, sûr de lui. "Nous ne pensons pas qu'il y aura des grèves importantes. Et s'il y en a, elles seront insignifiantes et auront peu d'impact", estime le patron.

À l'entendre, seuls deux "petits syndicats Mickey Mouse espagnols" (qui ne représentent qu'une minorité du personnel local, d'après ses affirmations, NDLR) et la CNE et l'ACV Puls en Belgique ont envoyé un préavis de grève à la compagnie.

C'est en effet en Espagne que la menace est actuellement la plus concrète: les syndicats USO et SITCPLA y ont annoncé six jours de grève: les 24, 25, 26 juin et le 30 juin et les 1er et 2 juillet. D'autres pays, dont la Belgique, pourraient se joindre à eux pour au moins certaines de ces dates.

"S'ils veulent faire grève, qu'ils le fassent", lance encore le CEO, espérant toutefois que les syndicats n'iront pas jusque-là. Il assure que les passagers qui seraient touchés seront avertis à temps et indemnisés selon leurs droits.