Monde

Refroidir la centrale est la priorité. Des mesures de radioactivité inquiètent

TOKYO Un pic de radioactivité aurait été mesuré à Tokyo mardi à 11 h, révèle la Commission de recherche et d’information indépendante sur la radioactivité (Criirad), se basant sur des analyses d’un laboratoire japonais.

Durant ce pic, des atomes radioactifs étaient présents à un taux “un million de fois” supérieur à la normale, interpelle le Criirad. Dans la capitale nippone, pourtant, l’heure n’était pas à la panique. Même si de nombreux citoyens et, surtout, des étrangers fuyaient la capitale. Forte de 34 millions d’habitants, Tokyo ne se videra de toute façon pas en un jour. Mais, hier, les TGV qui s’en allaient de la capitale étaient bondés, ceux qui y revenaient, vides.

Le gouvernement n’a donné, à l’heure de boucler ces lignes, aucune indication sur ces taux anormaux, se bornant à dire, à travers son porte-parole : “Nous étudions avec attention les relevés.” Yukio Edano parle là des relevés radioactifs de la centrale de Yukushima 1 où se sont concentrés hier tous les efforts des secours, dans l’espoir de parvenir à refroidir les réacteurs et éviter une forte propagation radioactive.

La centrale, arrosée par des hélicoptères et des camions-citernes spéciaux comportant des canons à eau, a dû parfois être évacuée. Mais le combat continue, acharné, mené par les liquidateurs , ces nouveaux héros du pays, dont nous dressons le portrait dans notre supplément de 24 pages consacré au Japon. Ils sont plus d’une centaine désormais sur place à tenter de remédier aux avaries des différents réacteurs de la centrale.

Pour la première fois, quatre hélicoptères ont pu déverser plusieurs tonnes d’eau de mer sur les réacteurs les plus endommagés, principalement le 3.

L’objectif était notamment de remplir la piscine de combustible usagé qui a été endommagée par une explosion et des incendies. Un drone américain, avion sans pilote, surveille également le site.

Pour sa part, Tepco, le principal distributeur d’électricité au Japon, espérait rétablir rapidement l’alimentation électrique de Fukushima 1, ce qui “permettrait de remettre en route les pompes refroidissant les réacteurs et de remplir les piscines”.

Les vents favorables, qui éloignent vers le large la menace, devraient continuer de souffler aujourd’hui; par contre, la neige et le froid s’intensifient. Cela rend plus difficile encore le labeur des 80.000 secouristes et soldats qui aident les 500.000 personnes évacuées, luttant avec des pénuries d’eau potable et de vivres. Le bilan s’est alourdi : 5.457 morts et 9.508 disparus, selon les derniers chiffres. Certains évoquent la possibilité d’atteindre les 30.000 victimes.



© La Dernière Heure 2011