L'établissement juif Ozar-Hatorah n'est pas encore sorti de la tourmente, une semaine après la mort du tueur fou

TOULOUSE Le Parisien révèle que l'école dans laquelle la tuerie de Toulouse s'est produite a reçu des menaces de mort. Le 23 mars, soit 4 jours après les faits, des mails et appels malveillants ont été reçus au collège-lycée. Ces menaces étaient signées par un certain "Justicier de la France", qui arguait que le massacre commis par Mohamed Merah n'était qu' "un début". Le destinataire a porté plainte et le parquet a lancé une enquête.

Aujourd'hui encore des policiers sont postés devant l'école où Merah a froidement abattu un père de famille, ses deux enfants ainsi qu'une autre élève âgée de 8 ans.

© La Dernière Heure 2012