"Il est prêt!", a indiqué un haut responsable de l'équipe de campagne Trump à bord d'Air Force One peu avant l'atterrissage du président américain, suivi moins de deux heures plus tard par son rival démocrate.

A quelques heures de l'arrivée sur scène des deux candidats septuagénaires, leurs équipes se sont mutuellement accusées de propager des informations erronées pour déstabiliser le camp adverse.

Covid-19 oblige, aucune poignée de main n'est prévue lors de ce duel qui débutera à 21H00 locales (01H00 GMT mercredi) devant un public restreint mais des dizaines de millions d'Américains derrière leurs écrans.

L'ancien vice-président démocrate a rendu publiques dans la journée ses feuilles d'impôts pour l'année 2019, un coup directement adressé au locataire de la Maison Blanche, affaibli par des révélations explosives sur sa situation fiscale et son endettement.

L'équipe Trump, elle, a sous-entendu que Joe Biden, dont elle met régulièrement en cause la santé mentale et physique, pourrait avoir recours durant la soirée à... une oreillette.

Ces insinuations ont été catégoriquement balayées par le camp démocrate qui a de son côté assuré que l'équipe du président avait demandé au modérateur du débat Chris Wallace de ne pas mentionner le nombre de morts du Covid (plus de 205.000 aux Etats-Unis).

Cette affirmation a elle-même été qualifiée de "mensonge" par Tim Murtaugh, directeur de la communication de l'équipe Trump.

Sondages inquiétants pour Trump 

Si leur impact sur le scrutin reste souvent limité, ces débats sont des moments forts de la campagne électorale, depuis le premier tête-à-tête télévisé organisé il y a 60 ans, à Chicago, entre John F. Kennedy et Richard Nixon.

Distancé dans les sondages depuis de longues semaines, Donald Trump espère une bonne soirée - ou un spectaculaire faux-pas de son adversaire démocrate - pour se relancer.

Un nouveau sondage Washington Post-ABC News publié mardi le donne largement battu dans l'Etat de Pennsylvanie, qu'il a pourtant remporté en 2016.

A l'approche du scrutin du 3 novembre, il redoute de devenir le premier président à ne pas être réélu depuis plus d'un quart de siècle (défaite de George H. W. Bush face à Bill Clinton en 1992).

Le Covid-19, la Cour suprême, l'économie, les questions raciales, les bilans des deux candidats ainsi que "l'intégrité du scrutin" feront partie des sujets au menu.

Mais les petites phrases et le langage corporel des deux hommes seront scrutés avec attention.

"Il ne sait même pas qu'il est en vie...": depuis des semaines, le locataire de la Maison Blanche se moque ouvertement de celui qu'il appelle "Sleepy Joe" ("Joe l'endormi"), le présentant comme une marionnette manipulée par la "gauche radicale".

Tout sépare les deux candidats septuagénaires. Donald Trump s'est présenté une fois, en 2016, et a créé la plus grande surprise de l'histoire politique moderne.

Entré en politique il y a un demi-siècle, Joe Biden, sénateur puis vice-président, espère que sa troisième tentative pour la Maison Blanche (il s'était déjà présenté aux primaires démocrates en 1988 et 2008) en sera la bonne.

 La hantise d'une gaffe

La force de l'ancien homme d'affaires républicain? Sa capacité à surprendre, casser les codes, imposer ses propres règles, son propre style.

Dans le camp de Joe Biden, on table sur son expérience, son sens de l'empathie.

"Les Américains vont voir à quoi ressemble un président", a assuré sa femme Jill Biden. "Calme, constant, fort, résistant."

Mais la crainte d'une gaffe hante le camp démocrate, tant ce vieux lion de la politique est habitué du genre.

A l'approche du grand rendez-vous, Donald Trump a de nouveau exigé un contrôle antidopage pour Joe Biden.

Ce dernier s'est refusé à tout commentaire dimanche. Mais son équipe a envoyé une réponse cinglante. "Si le président pense que la meilleure façon de présenter ses arguments c'est par l'urine, alors qu'il ne se gêne pas", a déclaré Kate Bedingfield, une responsable de l'équipe Biden.

Les deux autres débats présidentiels sont prévus les 15 et 22 octobre, respectivement à Miami, en Floride, et à Nashville, dans le Tennessee.

Le vice-président républicain Mike Pence affrontera la colistière de Joe Biden, la sénatrice et ex-procureure Kamala Harris, le 7 octobre à Salt Lake City, dans l'Utah.