Monde Au cours de son mandat présidentiel, Donald Trump s'est montré particulièrement ferme en matière d''immigration. Certaines de ses déclarations publiques trahissent d'ailleurs des opinions partagées par l'extrême droite.

Le Républicain collectionne les bourdes: en guise d'exemple, en août 2017, il soulignait qu'il y avait "des gens très bien" parmi les suprémacistes blancs. Toujours la même année, il déclarait, selon le New York Times, que les personnes arrivées aux États-Unis en provenance d'Haïti " ont toutes le sida". En juillet dernier, des élues démocrates étaient priées de "retourner dans leurs pays totalement défaillants et infestés par la criminalité".

Autant d'exemples qui amènent à penser que Donald Trump est raciste, lui qui a d'ailleurs été accusé par certains de ses opposants démocrates à la présidentielle de 2020 d'avoir joué un rôle indirect dans les tueries de Dayton et d'El Paso, en août dernier, par le biais de ses discours de haine à l'égard des migrants hispaniques. Un postulat que Donald Trump Jr., son fils, tient à balayer d'un revers de la main.

© AFP

Selon lui, Donald Trump n'est pas raciste. Le fils du 45e président des États-Unis étaye son propos au moyen d'exemples tirés de scènes de vie quotidienne, pendant son enfance. Dans un livre récemment publié, intitulé "Comment la gauche se nourrit de haine et veut nous faire taire", Donald Jr. raconte, étant petit, avoir joué aux "Tortues Ninjas" sur la console Nintendo avec Michael Jackson. Ce dernier habitait alors à la Trump Tower de New York: "Et au fait, étant donné que mon père a été traité de tous les noms, y compris de “raciste”, c'est quand même bizarre qu'il ait laissé son fils passer des vacances avec un homme noir ou passer du temps avec Michael Jackson, non?" L'homme noir en question s'avère être Herschel Walker.

On rappellera quand même que Donald Trump a insulté plusieurs états africains de "pays de merde", en 2018.