Les Français se détermineront avant tout lors de leur vote sur le pouvoir d'achat et le chômage


PARIS Plus de huit Français sur dix disent que les tueries de Toulouse et de Montauban auront peu d'impact sur leur vote à la présidentielle, où ils se détermineront avant tout sur les questions économiques et sociales, selon des sondages publié mardi.

81% des Français disent que "l'affaire du tueur de Toulouse n'aura pas un impact important" sur leur vote à la présidentielle, contre 17% disant le contraire.

Les Français se détermineront avant tout lors de leur vote sur le pouvoir d'achat et le chômage, pour 42% et 30% d'entre eux. Le thème de l'insécurité n'est mis en priorité que par 8% des Français, selon cette enquête réalisée lundi par l'institut BVA, une semaine après la fusillade de Toulouse et publiée dans Le Parisien.

Sur tous les thèmes, le candidat socialiste François Hollande est jugé le plus crédible, mis à part sur l'Europe où il est devancé par le président-candidat Nicolas Sarkozy et sur l'insécurité où les deux hommes font jeu égal.
Les sondages d'intention de vote semblent aussi montrer un faible impact des tueries.

Selon un sondage de l'institut Ifop publié mardi et réalisé du 22 au 25 mars, les intentions de vote au premier tour de la présidentielle sont stables pour Nicolas Sarkozy (28,5%,) comme pour François Hollande (27%), alors que l'institut Ipsos met les deux hommes quasiment à égalité.

Au deuxième tour, l'Ifop crédite - comme Ipsos - le candidat socialiste de 54% des voix (- 0,5 point), contre 46% à son adversaire de l'UMP (+0,5).

Les deux sondages donnent le candidat de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon en nette progression à 13% qui se rapproche de la candidate du Front national (extrême droite) Marine Le Pen (15,5%-16%). En revanche, le centriste François Bayrou recule de 1,5 point, à 11,5%.

31% des personnes interrogées disent pouvoir encore changer d'avis pour le premier tour selon le sondage de l'Ifop.

© La Dernière Heure 2012