Le ministère russe de la Défense a annoncé dimanche avoir bombardé une usine militaire aux abords de Kiev, alors que Moscou intensifie ses attaques contre la capitale ukrainienne.

"Durant la nuit, des missiles de haute précision lancés par des avions ont détruit une usine de munitions près de Brovary dans la région de Kiev", a indiqué le ministère dans un communiqué sur sa chaîne Telegram.

Le maire de Brovary Igor Sapojko a affirmé que "certains éléments d'infrastructure ont été touchés" aux premières heures dimanche.

Un journaliste de l'AFP sur place n'a pas constaté de destructions, de fumée ou d'incendie.

Au cours des trois derniers jours, les forces russes ont mené plusieurs frappes sur des usines militaires à Kiev et dans sa région.

Fin mars, la Russie avait annoncé retirer ses troupes du nord de l'Ukraine, dont la région de la capitale, pour concentrer ses forces sur la région du Donbass dans l'est du pays.

Les Russes auraient abattu un avion rempli d'armes occidentales

Les défenses antiaériennes russes auraient abattu samedi un avion transportant des armes en provenance de l'Occident près de la ville ukrainienne d'Odessa, selon les déclarations du porte-parole du ministère de la Défense à l'agence de presse russe TASS. D'après cette source, il s'agissait d'un envoi important. Le responsable n'a donné aucun autre détail, si ce n'est qu'il s'agissait d'un avion de l'armée de l'air ukrainienne.

Cette information n'a toutefois pas pu être vérifiée de manière indépendante.

L'Ukraine a reçu des livraisons massives d'armes de ses alliés occidentaux depuis le début de l'invasion russe, le 24 février. Le président Volodymyr Zelensky a déclaré samedi soir que beaucoup plus d'armes étaient nécessaires pour gagner la guerre.

Cinq morts dans une série de frappes sur Kharkiv, grande ville du nord-est

Au moins cinq personnes ont été tuées et 13 blessées dimanche dans une série de frappes sur Kharkiv, grande ville du nord-est de l'Ukraine, qui ont provoqué des incendies, ont annoncé les services de secours à l'AFP. Des journalistes de l'AFP ont entendu deux salves de tirs et vu cinq incendies se propager dans des quartiers résidentiels du centre de Kharkiv. Des camions de pompiers traversaient la ville dans toutes les directions pour atteindre les appartements en feu.

Dans les instants qui ont suivi les frappes, un sentiment de panique était perceptible dans les rues, les piétons fuyant et les voitures quittant les lieux à toute vitesse.

À un endroit, l'AFP a vu un manteau taché de sang à côté d'une flaque de sang frais sur le sol. Un habitant a déclaré avoir entendu entre six et huit missiles tomber.

Selon Maksym Khaoustov, à la tête des services de secours régionaux, cinq personnes ont été tuées et 13 autres blessées.

Samedi, des frappes avaient déjà déclenché un incendie dans plusieurs immeubles du centre-ville et détruit une cuisine qui fournissait gratuitement des repas aux habitants de cette ville, sous pression de l'armée russe qui a envahi le pays le 24 février.

Dimanche matin avant les nouvelles frappes, le gouverneur régional Oleg Sinegoubov a annoncé avoir recensé trois morts et 31 blessés, dont quatre enfants, au cours de la journée précédente.

Vendredi, il avait rapporté dix tués et 35 blessés dans des bombardements russes sur une zone résidentielle à Kharkiv. Sept civils avaient aussi été tués et 27 autres blessés par des tirs russes sur des bus d'évacuation dans la région, selon le Parquet ukrainien.

Deuxième ville d'Ukraine avec près de 1,5 million d'habitants avant la guerre, Kharkiv a été la cible de violents combats pendant plusieurs jours au début de l'offensive mais est toujours restée sous le contrôle des forces ukrainiennes.