Plusieurs responsables politiques européens se sont exprimés sur l'attaque, vraisemblablement terroriste, qui est toujours en cours à Vienne, en Autriche.

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz condamne "une attaque terroriste répugnante"

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a condamné lundi soir "une attaque terroriste répugnante" à Vienne, alors que plusieurs assaillants étaient toujours actifs en six lieux de la capitale autrichienne lundi soir. Selon la police, deux personnes ont perdu la vie, dont un suspect. Au moins quinze personnes ont été admises à l'hôpital. Parmi les blessés, figure un policier. L'Autriche vit "des heures difficiles", a reconnu le chancelier alors que les attaques sont toujours en cours et que la police prie les résidents de rester à l'abri.

"Notre police va agir de manière résolue contre les assaillants de cette attaque terroriste abominable", a fait savoir M. Kurz sur Twitter. "Tout le pays est victime", a-t-il déploré.


Alexander De Croo "choqué et attristé" exprime sa "solidarité" au chancelier autrichien

Le Premier ministre belge, Alexander De Croo (Open Vld), s'est dit lundi "choqué et attristé par l'attaque terroriste horrifiante" toujours en cours lundi soir dans la capitale autrichienne Vienne. Il présente ses condoléances aux victimes et à leurs proches. Le Premier ministre belge fait part de sa "solidarité" avec la population de Vienne et d'Autriche. "Nous n'allons jamais céder à la terreur", assure encore le libéral en s'adressant au chancelier autrichien Sebastian Kurz.

La police de Vienne a confirmé lundi soir via le réseau social Twitter des attaques à six endroits différents perpétrées par plusieurs suspects armés à partir de 20h00, faisant au moins un mort et plusieurs blessés. Un suspect a été abattu.


"Nous ne céderons rien", assure Macron

"Nos ennemis doivent savoir à qui ils ont affaire. Nous ne céderons rien", a commenté lundi soir le président Emmanuel Macron après l'annonce de la fusillade mortelle dans le centre de Vienne.

"Nous, Français, partageons le choc et la peine du peuple autrichien (...). Après la France, c'est un pays ami qui est attaqué. C'est notre Europe. Nos ennemis doivent savoir à qui ils ont affaire. Nous ne céderons rien", a tweeté le chef de l'Etat en français puis en allemand.


L'UE "condamne avec force" un "acte lâche" déclare Charles Michel

L'Union européenne "condamne avec force" l'"horrible attaque" survenue lundi soir à Vienne, a déclaré dans un tweet le président du Conseil européen Charles Michel, évoquant "un acte lâche".

"L'Europe condamne avec force cet acte lâche qui viole la vie et nos valeurs humaines. Mes pensées vont aux victimes et aux habitants de Vienne après l'horrible attaque de ce soir. Nous sommes aux côtés de l'Autriche", écrit le responsable qui représente les 27.


La Turquie condamne et présente ses condoléances

La Turquie a condamné l'attaque terroriste qui a fait deux morts à Vienne, la capitale autrichienne, lundi soir. "Nous sommes attristés d'apprendre que des personnes ont été tuées et blessées dans une attaque terroriste à Vienne", a fait savoir le ministère des Affaires étrangères turc.

"Nous condamnons fermement cette attaque, présentons nos condoléances aux familles de ceux qui ont perdu leur vie et souhaitons un prompt rétablissement aux blessés", estimés à une quinzaine, poursuit la déclaration.

"En tant que pays qui a lutté contre toute forme de terrorisme durant des décennies, la Turquie est solidaire de la population autrichienne."

Ce message issu d'Istanbul s'ajoute aux multiples voix de dirigeants européens, dont celle du Premier ministre belge Alexander De Croo, qui ont fait part de leur sympathie envers l'Autriche.

Trump : "les attaques du mal" doivent cesser 

Le président américain Donald Trump a dénoncé sur Twitter "encore un vil acte de terrorisme" à Vienne et dit que les "attaques du mal" devaient cesser.

"Les États-Unis se tiennent au côté de l'Autriche, de la France et de l'Europe toute entière dans le combat contre les terroristes, y compris les terroristes islamiques radicaux", a tweeté le candidat républicain à la veille du scrutin où il brigue sa réélection. "Ces attaques du mal contre des innocents doivent s'arrêter", a-t-il ajouté.

Son rival démocrate lors de l'élection présidentielle américaine qui se tient mardi, Joe Biden, a pour sa part aussi indiqué que les victimes et leurs proches de cette "horrible attaque terroriste" étaient dans ses prières et celles de son épouse Jill. "Nous devons tous nous tenir unis contre la haine et la violence", a-t-il réagi sur Twitter.