L'espoir est qu'il puisse relier Londres au Royaume-Uni à San Francisco sur la côte ouest des USA sans faire d'escale, ou même Londres à la Nouvelle-Zélande avec une seule escale pour refaire le plein de carburant.

Le seul déchet émis par l'hydrogène liquide comme carburant est de l'eau .

L'avion a été développé grace à un financement gouvernemental britannique de 15 millions de livres (17,5 millions d'euros) sous le projet FlyZero mené par l'institut de technologie aérospatiale de Cranfield, dans le Bedfordshire.

Le directeur de l'initiative, Chris Gear, a affirmé qu'alors que le monde se concentre sur la lutte contre le changement climatique, "notre concept de taille moyenne établi véritablement une vision révolutionnaire pour le futur de l'aviation mondiale, pour continuer à garder les familles, affaires et nations connectées sans empreinte carbone".

Le secrétaire au Commerce britannique Kwasi Kwarteng a pour sa part affirmé que ce design pourrait "définir le futur de l'aérospatial et de l'aviation". "En travaillant avec l'industrie, nous prouvons que de vrais vols neutres en carbone sont possibles, avec l'hydrogène à l'avant-garde pour remplacer les carburants fossiles conventionels".