Un sondage, dont les résultats ont été présentés lundi, mené par le consortium 12-12, le consortium belge pour les Situations d'Urgence, rassemblant cinq grandes associations humanitaires, Caritas International, Médecins du monde, Handicap International, Oxfam Solidarité et Unicef Belgique, montre que seulement 4% des Belges ont fait un don pour les réfugiés syriens. En 2013, le consortium a récolté 2,4 millions d'euros pour les réfugiés syriens. Or, ces ONG estiment à 7 millions d'euros la contribution dont elles ont besoin de la part de la population belge pour couvrir leurs actions humanitaires jusqu'à la fin de l'année.

A la suite du sondage, le consortium remarque que 96% des Belges n'ont fait aucun don pour la Syrie, et 65% ne comptent d'ailleurs pas en faire du tout.

Les raisons sont diverses. Un quart des sondés est méfiant et pessimiste quant à la destination de l'argent. Un Belge sur cinq invoque des raisons financières, et 17% des sondés ne se sent pas concerné par le problème syrien.

Dans les catégories d'âge, la tranche 18-34 est la plus généreuse, mais les jeunes avouent aussi ne pas avoir assez d'informations sur le conflit.

"Outre l'argent nécessaire pour l'année 2013, il faudra à nouveau des fonds pour 2014. Au Liban, les réfugiés syriens sont dix fois plus nombreux qu'en 2012", explique le président du consortium, Erik Todts. "Mais les citoyens belges ne doivent pas être seuls à donner. Il faut aussi que le gouvernement prennent ses responsabilités."

Des jihadistes sont responsables de l'enlèvement d'humanitaires à Idleb, affirme l'OSDH

Des jihadistes en Syrie sont responsables de l'enlèvement dimanche à Idleb de six membres du Comité international de la Croix rouge (CICR) et d'un membre du Croissant rouge syrien, a affirmé lundi une ONG syrienne. "L'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) a libéré des employés du CICR et un membre du Croissant rouge syrien qu'il avait enlevés la veille sur la route reliant Saraqeb et Sarmine" dans la province d'Idleb, a dit l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Le CICR a annoncé lundi que trois de ses employés ont été libérés, tout comme le travailleur humanitaire syrien du Croissant Rouge.

Ils ont été enlevés dans la province d'Idleb, en majeure partie tenue par les rebelles.

L'Etat islamique d'Irak et du Levant est un groupe jihadiste affilié à Al-Qaïda qui combat les troupes du président Bachar al-Assad.

Les enlèvements d'humanitaires et de journalistes sont fréquents en Syrie.