Le professeur Henry Bauer affirme avoir, grâce à ses recherches, percé l'un des plus vieux mystères du Royaume-Uni. Impossible que Nessie soit une forme de dinosaure, affirme le chercheur.

"L'idée la plus populaire est que le monstre du Loch Ness a une relation avec les plésiosaures éteints. Mais cela est difficile à concilier avec la rareté des observations en surface, sans parler des observations occasionnelles sur terre", a-t-il déclaré aux journalistes du Daily Record.

"D'autre part, tout ce qui a été décrit pour le monstre du Loch Ness est connu parmi les nombreuses espèces de tortues vivantes ou que l'on pense éteintes, comme le fait de respirer de l'air mais de passer de très longues périodes en eau profonde, de s'aventurer sur la terre, de se déplacer très rapidement dans l'eau, d'être actif dans des eaux très froides et d'avoir un cou relativement long", ajoute le professeur à la retraite.

Selon les travaux d'Henri Bauer, publiés dans une revue scientifique, le monstre du Loch Ness ne serait qu'une "ancienne espèce de tortue de mer". "Les monstres du Loch Ness, ou Nessies, sont une variété de grande tortue marine qui n'a pas encore été découverte et décrite de façon appropriée et qui existe probablement encore dans certaines niches des océans", explique le professeur. Elles auraient été piégées dans le lac lorsque les eaux se sont retirées à la fin de la dernière période glaciaire.