Tout a commencé mardi dernier lorsque l’étudiant, en route pour son examen de français, a loupé son arrêt de train.

Son lycée se trouve à Reims, alors que le train se dirigeait vers la gare de Nancy. Paniqué, l’adolescent a immédiatement alerté le contrôleur de la situation. “Le lycéen s’est tout de suite présenté au contrôleur dans le train. Celui-ci a alerté la gare de Nancy pour qu’elle mette un taxi à sa disposition”, explique le service communication de la SNCF Grand Est.

“Cette décision à 450 euros avait un caractère exceptionnel. Elle entre dans le cadre du dispositif SNCF-Exam où, pendant les deux premiers jours des épreuves du Bac, on est particulièrement vigilants à la situation des jeunes”, indique la SNCF Grand Est.

Une fois arrivé en gare de Nancy, l’étudiant a immédiatement pris place dans un taxi. Le chauffeur reconnaît avoir dépassé, à certains moments, les limites de vitesse. “Ma mission, c’était qu’il arrive à l’heure à son centre d’examen, témoigne-t-il auprès de l’AFP. C’est le sentiment humain qui a primé. J’ai complètement zappé le code de la route. Je n’ai pas calculé le danger”. Il raconte à France Bleu avoir eu l’impression que ce “gamin” était “son fils”.

Le véhicule a été arrêté par la police en cours de route, à 50km de Reims, à cause de la vitesse excessive de celui-ci. Le chauffeur a expliqué la situation aux policiers et ces derniers ont invité l’adolescent à monter dans leur voiture pour terminer le trajet jusqu’à son lycée. Finalement, l’étudiant est arrivé à l’heure à son épreuve de français.