"Nous en avons tous assez de cette pandémie. Nous voulons tous passer du temps avec nos familles", mais pour mieux les protéger et se protéger soi-même, "cela signifie dans certains cas annuler un événement", a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

S'exprimant lors d'une conférence de presse à l'ONU à Genève (Suisse), il a recommandé aux familles et aux personnes qui souhaitent passer du temps ensemble pendant les fêtes de fin d'année d'y réfléchir à deux fois: "Un événement annulé vaut mieux qu'une vie de moins".

Pour sa part, "dans l'année à venir, l'OMS s'engage à faire tout ce qui est en son pouvoir pour mettre fin à la pandémie", a-t-il dit.

Alors que la 5e vague de Covid-19 frappe de plein fouet de nombreux pays et que l'apparition du variant Omicron a replongé la planète dans l'urgence, le patron de l'OMS, aujourd'hui l'un des visages les plus familiers de la lutte contre le coronavirus, a émis un souhait: "2022 doit être l'année où nous mettrons fin à la pandémie".

Il a une fois de plus plaidé en faveur d'un meilleur accès aux vaccins dans les pays défavorisés.

"Si nous voulons mettre fin à la pandémie dans l'année qui vient, nous devons mettre fin à l'iniquité (vaccinale) en veillant à ce que 70% de la population de chaque pays soit vaccinée d'ici le milieu de l'année prochaine", a affirmé M. Tedros.

Il a réitéré que l'OMS n'est pas opposée aux doses de rappel, mais a souligné qu'elles devaient être réservées aux personnes à risque ou ayant plus de 65 ans. Le chef de l'OMS a ainsi estimé que les pays qui administrent des doses de rappel à des adultes ou des enfants en parfaite santé feraient mieux d'essayer de partager ces doses ou de convaincre les personnes non vaccinées de franchir le pas.