L'opération a permis la saisie de plusieurs téléphones et cartes mémoires au domicile du quadragénaire, mis sur écoute à la suite de plaintes de nombreuses victimes.

L'homme est soupçonné d'avoir contacté des femmes ayant subi des écouvillonnages en clinique, pour leur annoncer qu'elles souffraient d'infections vaginales, selon un communiqué de la police.

"Il les a ensuite persuadées d'effectuer un examen vaginal en ligne", précise le rapport, qui ajoute que plus de "400 femmes à travers l'Italie" ont été ciblées.

"Il s'est présenté en tant que docteur. Il connaissait ma date et mon lieu de naissance et m'a demandé si j'avais fait un examen gynécologique dans les derniers mois", a témoigné une victime, citée par le quotidien La Repubblica.

"Il a posé de plus en plus de questions personnelles [...] puis a exigé un appel vidéo via Zoom ou Hangout (et) m'a demandé de montrer mes parties intimes pour confirmer le diagnostic", a-t-elle expliqué.