Voilà une belle histoire qui nous provient d'Utah et racontée par Good Morning America. Depuis son plus jeune âge, Benjamin Hulleberg sait qu'il a été adopté par ses parents, Angela et Brian. Ce professeur remplaçant dans un lycée a toujours eu l'espoir de rencontrer un jour sa maman biologique. Il ne connaissait d'ailleurs que son prénom: Holly.

À 36 ans, Holly Shearer avoue également n'avoir jamais oublié le bébé qu'elle a mis au monde le soir de Thanksgiving. "Il était toujours dans mes pensées. Plus encore pendant les vacances et son anniversaire. Ces jours-là, c'étaient les montagnes russes d'émotions", déclare-t-elle pour le média américain. À l'époque, elle est une jeune adolescente de 16 ans. Pendant environ trois ans, elle reçoit souvent des photos et des lettres des parents adoptifs. En 2014, son agence d'adoption ferme et les nouvelles s'arrêtent.

Quelques années plus tard, elle décide d'entreprendre des recherches. Via les réseaux sociaux, elle parvient à le retrouver. "Il avait 18 ans et j'étais très réticente à l'idée de gâcher sa vie", confie-t-elle. "Du coup, je regardais sa vie de loin."

De l'autre côté de l'écran, Benjamin Hulleberg ne se doute pas un instant que sa mère biologique scrute sa vie discrètement. Pourtant, il en parlait ouvertement à ses parents. Il avait même fait un test ADN dans l'espoir de retrouver sa mère biologique.

En novembre dernier, Holly décide de franchir le pas et souhaite un joyeux anniversaire à son fils. "Lorsqu'elle m'a expliqué qui elle était, cela m'a frappé comme un tas de briques dans le corps." Forcément, la réaction est très émotionnelle: "Je pleurais. Ce n'était que des émotions positives. Pour moi, c'était un jour que j'avais attendu pendant les 20 dernières années de ma vie et imaginer qu'il se produise enfin était très fort. Mais c'était beaucoup de choses à encaisser."

Rapidement, l'homme demande à rencontrer celle qui l'a mis au monde. "J'ai été un peu choqué", admet Holly. "Je ne m'attendais pas à cela. Mais il voulait que l'on se rencontre tout de suite. Nous avons planifié un dîner pour nous rencontrer le lendemain avec nos deux familles."

Et cette rencontre se passe incroyablement bien. Mieux, mère biologique et fils se rendent compte qu'ils ont de nombreux points en commun. Dont celui de travailler dans le même hôpital. L'un fait du bénévolat à l'unité de soins intensifs néonatals de St. Mark's de HCA Healthcare à Salt Lake City, l'autre est assistante médicale. "Tous les matins, je venais par le pavillon des femmes pour venir travailler. Alors je passais devant l'USIN tous les jours. Nous nous sommes garés dans le même garage, nous aurions pu être au même étage, nous ne savions pas que nous étions si proches", a ajouté Holly Shearer.

Une histoire qui pourrait donner beaucoup de force à des enfants qui recherchent leurs parents biologiques. "Ne perdez pas espoir", assure Benjamin. "C'est arrivé au moment où je m'y attendais le moins. Rencontrer ma famille biologique, c'était très guérissant pour moi. Aujourd'hui, je me sens entier et je suis prêt à continuer dans ma vie."