Monde

En France, les polémiques sur les Roms se suivent et se ressemblent tristement. Mais cette fois, un palier supérieur est atteint. Après le maire de Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) qui souhaite chasser des Roms pour héberger ses sans-abri ou celui de Croix (Nord-Pas-de-Calais), prêt à soutenir quiconque abattra un Rom, place aujourd'hui au maire de Roquebrune-sur-Argens.

Car Luc Jousse, qui dirige cette commune de 13 000 âmes, dans le Var, vient de faire une sortie remarquée. D'après Mediapart, ce politicien UMP a tenu des propos outranciers et inacceptables lors d'un conseil de quartier. Alors qu'était évoqué le feu qui s'était déclaré dans un camp de Roms, Luc Jousse a regretté que les pompiers aient été appelés trop tôt.

"Je vous rappelle quand même que les gens du voyage, que dis-je, les Roms, m'ont mis neuf fois le feu. Neuf fois des départs de feux éteints par le SDIS [service départemental d'incendie et de secours], dont le dernier, ils se le sont mis eux-mêmes. Vous savez ce qu'ils font : ils piquent des câbles électriques et après ils le brûlent pour récupérer le cuivre et ils se sont mis à eux-mêmes le feu dans leurs propres caravanes ! Un gag ! Ce qui est presque dommage, c'est qu'on ait appelé trop tôt les secours !"

Des journalistes d'Europe 1 ont contacté Hubert Falco, le président honoraire de la fédération UMP du Var. Celui-ci a affirmé qu'il s'agit de "propos très graves, parfaitement indignes d’un élu de la République, inconcevables".

La fédération UMP du Var décidera d'éventuelles suites à donner à l'affaire.