Monde

À quelques heures du premier tour des élections municipales, l'incident fait tache. Louis Aliot (photo), vice-président du Front National s'est trompé de destinataire en envoyant un sms plutôt fleuri. À l'origine de l'incident: un article d'une douzaine de lignes publié par la journaliste Frédérique Michalak dans le journal "L'indépendant", un quotidien régional du Sud de la France. Dans ce texte, daté du 21 mars, elle remarquait que plusieurs candidats FN à Perpignan ne sont pas inscrits sur les listes électorales de la ville. S'il n'y a là "rien d'irrégulier sur le fond", on note quand même "un fort sentiment de légèreté et de désordre sur la forme", écrivait-elle.

Louis Aliot, qui est aussi candidat à la mairie de Perpignan (et compagnon de Marine Le Pen), s'est alors précipité sur son téléphone pour communiquer son mécontentement en des termes secs mais polis. Il en a profité pour annoncer qu'il ne se rendra pas à la soirée organisée par l'Indépendant pour les élections municipales. Quelques minutes plus tard, la journaliste reçoit une nouveau message... qui ne lui était pas destiné. Dans ce sms, Louis Aliot parle de "cette pute de Michalac [sic]".

RT

@BriceLaemle

: Quand

@louis_aliot

se trompe de destinataire et envoie ce sms à Frédérique Michalak, journaliste.

pic.twitter.com/2A8Iz6fTtV

— Arnaud Tousch (@nanotousch)

22 Mars 2014

Dans une tentative de rétropédalage en catastrophe après un tel acte manqué, le candidat FN envoie un troisième message où il invoque une "erreur". Un incident "tellement pataud, qu'on en rigolerait presque. Si ce n'était pas si grave",

peut-on lire ce samedi sur le site internet de l'Indépendant