Le commandant de bord d'un vol long-courrier de la compagnie italienne ITA Airways entre New York et Rome a été licencié après avoir été accusé de s'être endormi et d'avoir été injoignable alors qu'il survolait la France le 1er mai dernier. Le transporteur, qui a succédé à Alitalia il y a quelques mois, a confirmé mardi que le pilote, qui nie l'incident, a été licencié, mais a souligné que les passagers n'avaient à aucun moment été en danger.

Le contrôle aérien de Marseille n'avait pas pu contacter l'Airbus A330 en début de matinée. Un cas de figure qui se produit, dans le pire des cas, lorsqu'un avion est détourné, par exemple par des terroristes. Selon le journal La Repubblica, deux avions de chasse ont été envoyés sur place. Après quelques minutes, cependant, les pilotes à bord de l'avion se sont signalés et ont poursuivi le voyage vers Rome sans aucun problème.

Le commandant de bord a déclaré que la connexion radio avait été interrompue en raison d'un problème technique mais, selon ITA, cela a été réfuté à la suite d'un examen de l'avion.

Les pilotes peuvent généralement prendre une pause pour dormir sur les vols longs-courriers, pour autant qu'ils s'assurent qu'un autre pilote est éveillé et joignable.

La compagnie aérienne a licencié le pilote en raison de son comportement à bord et parce qu'elle estimait que la relation de confiance avait été irrémédiablement endommagée. Aucune procédure disciplinaire n'a par contre été initiée à l'encontre du second pilote, qui, selon le rapport, avait informé de sa pause sommeil conformément aux règles.