Le débat sur les violences policières fait plus que jamais rage aux Etats-Unis, près de trois mois pratiquement jour pour jour après la mort de George Floyd.

C'est dans ce contexte que, la nuit dernière, un individu de couleur, non-armé, s'est fait abattre dans le dos par un policier. Sur les images (qui peuvent heurter la sensibilité) filmées sur place et devenues virales, qui ne rendent compte que d'un contexte parcellaire, l'individu tente de pénétrer dans un véhicule garé sur les lieux, au grand dam des policiers présents sur place qui lui somment d'arrêter. Le père de famille se déplace en marchant, et, sur les images qui circulent, ne semble pas particulièrement agressif. Il n'est pas armé.

C'est au moment où il tente de s'installer sur son siège conducteur qu'un agent tirera une salve de plusieurs balles dans le dos de l'homme de couleur, à bout portant. Sept balles auraient touché l'individu, identifié comme Jacob Blake par les autorités, selon des témoins.

Les trois fils de Jacob Blake dans le véhicule au moment des coups de feu

Selon les premiers éléments qui font jour ce lundi, il est confirmé que les trois fils de Jacob Blake étaient présents dans le véhicule au moment où leur père s'est fait tirer dessus, devant leurs yeux donc.

Jacob Blake est aujourd'hui soigné dans un hôpital de Milwaukee, dans un état grave. Les faits se sont déroulés ce dimanche 24 août, à Kenosha, dans le Wisconsin.


Une enquête a été ouverte et confiée à une agence indépendante, selon la police de Kenosha.


L'origine de l'interpellation reste floue

L'origine de la confrontation entre les policiers et Jacob Blake reste à ce stade à déterminer précisément : certains médias américains avancent que Jacob Blake interrompait une bagarre au moment où les policiers sont arrivés, tandis que d’autres ont expliqué qu’il tentait de pénétrer dans un véhicule garé.

Dans un contexte social plus tendu que jamais, des heurts ont éclaté entre manifestants et forces de l’ordre, en marge d’une manifestation sur les lieux du drame pour réclamer justice et dénoncer les violences policières.


Sur Twitter, le gouverneur du Wisconsin, Tony Evers, a confirmé que Jacob Blake avait été "abattu dans le dos à plusieurs reprises" et qu’il s’opposait à "l’usage excessif de la force et à une escalade immédiate lors de ses contacts avec les Noirs du Wisconsin."

Le gouverneur a également dénoncé les violences policières : "Bien que nous n’ayons pas encore tous les détails, ce que nous savons avec certitude, c’est qu’il n’est pas le premier homme ou la première personne noire à avoir été abattu, blessé ou tué sans pitié par des personnes chargées de l’application de la loi dans notre État ou dans notre pays".


Bernice King, la plus jeune des enfants de Martin Luther King, a également réagi sur Twitter : "Nous ne devrions pas avoir à regarder une autre vidéo d'un noir brutalisé et/ou abattu par la police dans un cas évident de force excessive ou injustifiée. Toute personne qui ne croit pas que nous sommes au-delà de l'état d'urgence décide de manquer d'empathie et de conscience.