Avec la crise du coronavirus le télétravail et les visioconférences sont devenus la norme pour beaucoup. Des nouvelles habitudes qui ont entraînées leurs lots de "bourdes" et de "couacs" : interruption inopinée d'un tiers, nudité qui apparaît soudainement à la caméra,...on pensait avoir tout vu, mais un sénateur américain nous prouve que non.

Cette semaine, le Républicain Andrew Brenner, assistait à une réunion du conseil d'Etat au volant de sa voiture et pensait passer inaperçu grâce à un fond recréant son bureau autour de sa silhouette, mais sa ceinture de sécurité n'a pas trompé ses collègues, rapporte le New York Times. De plus, le quotidien explique que l'élu a réjoint la réunion alors qu'il se trouvait dans sa voiture à l'arrêt, ce n'est qu'après avoir quitté la visioconférence quelques instants qu'il est réapparu dans son "bureau virtuel". Outre la ceinture ce sont ses regards jetés à droite à gauche qui l'ont trahi, à un moment la fenêtre de sa voiture apparaît même brièvement.

Sa conduite ne l'a cependant pas empêché de répondre aux questions que ses collègues lui posaient en direct, contacté par le quotidien new yorkais, l'intéressé défend ainsi " ne pas avoir été distrait" et avoir " porté à la fois attention à sa conduite et aux discussions". Il a également justifié ses agissements en disant qu'il avait deux réunions consécutives à différents endroits et a assuré :" En réalité, j'ai eu d'autres appels pendant que je conduisais dont des appels vidéos. Je ne fais pas attention à la vidéo, pour moi c'est comme un simple appel."

Le comble : cet incident intervient alors qu'un projet de loi sur la distraction au volant vient d'être introduit à la chambre des représentants de l'état de l'Ohio, visant à faire de l'emploi d'un appareil électronique au volant une infraction primaire.