La justice "a rejeté la ratification (des mesures), car elles nuisaient aux droits et libertés fondamentales" des 4,5 millions d'habitants concernés par ce bouclage partiel entré en vigueur vendredi soir, a indiqué le tribunal dans un communiqué.