Cet avion espion "est descendu de façon rapide", traversant la route établie pour un Airbus de la compagnie Aeroflot qui effectuait la liaison entre Tel Aviv et Moscou avec 142 personnes à son bord, a déclaré samedi soir l'Agence fédérale russe du transport aérien, citée par l'agence de presse Interfax. Par conséquent, "la direction et l'altitude du vol commercial ont été immédiatement modifiées", a poursuivi la même source, ajoutant que l'équipage de l'avion espion n'avait pas répondu aux messages des contrôleurs aériens. D'après Interfax, l'avion russe a plongé de 500 mètres pour se tenir à l'écart de l'appareil de reconnaissance et ses pilotes ont pu l'apercevoir depuis le cockpit.

Un jet privé qui effectuait un vol vers Skopje depuis Sotchi, station balnéaire russe, a lui aussi modifié sa trajectoire à cause de l'avion espion, selon l'Agence fédérale du transport aérien.

"L'activité accrue des vols d'appareils de l'Otan près des frontières de la Russie (...) engendre un risque d'incidents dangereux impliquant des appareils civils", a dénoncé l'agence, ajoutant qu'elle allait "protester" par voie diplomatique.

La nationalité de l'appareil espion n'a pas été précisée. Mais des avions de chasse russes avaient été dépêchés vendredi dans la région de la mer Noire pour escorter deux avions de reconnaissance américains, selon des médias russes.

Cet incident intervient dans un contexte de tensions croissantes entre la Russie et les pays occidentaux, qui accusent Moscou de masser des troupes aux frontières de l'Ukraine en vue d'une invasion. La Russie dément tout projet en ce sens et accuse les pays de l'Otan de multiplier les "provocations" avec notamment de récents exercices militaires près de ses frontières en mer Noire.

Les présidents Vladimir Poutine et Joe Biden doivent s'entretenir mardi par visioconférence pour aborder les enjeux régionaux et la relation entre la Russie et les États-Unis, membre fondateur de l'Otan. Washington entend notamment souligner son inquiétude concernant les activités russes à la frontière ukrainienne et réaffirmer son soutien à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de l'Ukraine, selon un communiqué de la Maison Blanche.