À la veille de législatives totalement indécises, Angela Merkel a livré un vibrant plaidoyer, lors de son dernier meeting en tant que chancelière, pour le candidat conservateur, donné perdant face au social-démocrate Olaf Scholz.

Longtemps à l’écart des joutes électorales, la chancelière n’a plus ménagé ses efforts pour tenter de permettre à l’union conservatrice CDU-CSU d’arracher une victoire inattendue.

Une défaite de son camp ternirait en effet le bilan de celle qui va égaler, avec 16 ans à la chancellerie, le record de longévité d’Helmut Kohl. "Ce n’est que tous les quatre ans que vous avez l’occasion de décider au niveau fédéral qui doit façonner cet avenir pour vous à Berlin", a lancé Mme Merkel à Aix-la-Chapelle, aux côtés du candidat chrétien-démocrate, l’impopulaire et maladroit Armin Laschet.

L’ancien journaliste de 60 ans "a appris la politique en partant de zéro et il dirige cet État de Rhénanie-du-Nord-Westphalie comme un État fédéral prospère", a vanté la cheffe du gouvernement allemand, qui risque de devoir expédier les affaires courantes dans les mois à venir, durant les négociations pour former une nouvelle coalition ua pouvoir.

"Il faut prendre les bonnes décisions […] car il s’agit de votre pays et vous décidez de votre futur gouvernement" qui devra assurer "la prospérité, la sécurité et la paix", a souligné la dirigeante.

Depuis le retournement des sondages, au cœur de l’été, le candidat conservateur tout en rondeur, est lui-même passé à l’attaque, agitant le spectre d’un virage à gauche avec Olaf Scholz, le pourtant très modéré chef de file du SPD, ministre des Finances d’Angela Merkel depuis 2018.

Joker inattendu

Alors que le centre-droit a toujours récolté plus de 30 % des suffrages aux scrutins nationaux et fourni au pays cinq des huit chanceliers de l’après-guerre, les conservateurs sont menacés de leur pire score électoral.

Dans les récents sondages, les sociaux-démocrates sont en tête avec quelque 25 % des intentions de vote, contre 21 à 23 % des suffrages pour la CDU/CSU.

Mais l’écart s’est resserré dans la dernière ligne droite avant le scrutin et Angela Merkel en a appelé vendredi aux électeurs indécis pour donner l’avantage à son parti. Et lui éviter une sortie de la scène politique au goût amer.

La glissade dans les sondages d’Armin Laschet a propulsé le vice-chancelier Olaf Scholz, âgé de 63 ans, en joker inattendu. Il clôturait sa campagne samedi après-midi en meeting à Potsdam, près de Berlin, la circonscription où il se présente.

Son flegme, qui confine à l’ennui selon ses détracteurs, et son expérience de grand argentier rassurent les électeurs allemands. Ces derniers semblent en effet en quête du meilleur héritier d’une chancelière qui bénéficie toujours d’une popularité au zénith.

Traumatisme

Malgré l’importance des questions climatiques dans la campagne, et le traumatisme du pays touché par des crues meurtrières en juillet, la cause écologiste n’a pas progressé autant que l’espéraient les "Grünen", un temps donnés en lice pour décrocher la chancellerie.

La candidate des Verts Annalena Baerbock obtiendrait 15 % des suffrages, s’adjugeant la troisième place, devant le parti libéral FDP autour de 11 %.

Les Verts devraient néanmoins jouer un rôle pivot dans la future coalition, dont la formation s’annonce encore plus complexe que par le passé : elle devrait nécessiter trois partis pour succéder à l’actuelle "GroKo" (grande coalition) composée de l’Union CDU/CSU et du SPD.