"L'évacuation de civils depuis Azovstal a commencé. Un premier groupe d'environ 100 personnes se dirige vers le territoire contrôlé (par l'Ukraine). Demain on va les accueillir à Zaporijjia", a écrit sur Twitter le président ukrainien.

Les Nations Unies ont confirmé plus tôt dans la journée qu'une opération d'évacuation était en cours, sans donner toutefois d'autres détails pour des raisons de sécurité.

Quelques heures plus tard, la Russie a confirmé que "80 civils, dont des femmes et des enfants" ont été évacués du complexe métallurgique d'Azovstal. "Celles et ceux qui souhaitaient partir vers les zones contrôlées par le régime de Kiev ont été remis à des représentants de l'Onu", a ajouté le ministère russe de la Défense.

Selon le correspondant de l'agence de presse russe Ria Novosti, tous les évacués ont été installés dans un camp de tentes dans le village de Bezimenné, à mi-chemin entre Marioupol et la frontière russe. Selon cette même source, du personnel de la Croix-Rouge et de l'Onu ont assisté à l'évacuation.

Samedi, pour la première fois, une vingtaine de civils ont été évacués, selon le bataillon ukrainien Azov. De son côté, le ministère russe de la Défense a affirmé que deux groupes de civils, de 25 et 21 personnes, avaient pu sortir d'Azovstal, où sont terrés selon Kiev des centaines de militaires et de civils ukrainiens dans des galeries souterraines datant de l'époque soviétique.