Une infirmière d'une maison de repos de Seine-et-Marne, en France, a raconté à nos confrères du Parisien comment elle avait perdu son travail pour avoir dénoncé sa supérieure. En effet, la directrice de l'établissement dans lequel elle travaille s'est procuré un faux pass sanitaire, alors que la vaccination est obligatoire pour les soignants en France. Lorsque l'infirmière a découvert ce faux pass, elle a prévenu l'Agence régionale de Santé d'une fraude dans l'Ehpad, sans préciser le nom de la directrice.

“J’ai été mise à pied le 7 octobre. Dans le bureau, il y avait la directrice et le président du conseil d’administration, qui m’a dit qu’on ne pouvait pas me faire confiance. J’ai juste eu le temps de prendre mon sac à main et de partir”, termine-t-elle. Douze jours plus tard, elle est licenciée.

Finalement, la directrice de l'établissement a également elle aussi été licenciée. Elle et son compagnon seront convoqués devant le tribunal de Fontainebleau le 23 mai 2022.

"Je trouve ça triste qu’elle en soit arrivée là", explique l'infirmière. Le président du Conseil d'administration de l'établissement a été interviewé par le Parisien également. “J’ai licencié l’infirmière car elle avait imprimé et divulgué un document confidentiel. Si elle avait trouvé quelque chose de bizarre, elle aurait dû venir me voir tout de suite. J’ai eu l’ARS en ligne, elle ne l’a pas appelée. Elle arrange la vérité sur le timing", explique Pierre Bacqué.