Les deux faux journalistes qui ont assassiné le lion du Panshir disposaient bien de passeports belges

BRUXELLES L'information circule depuis plusieurs jours. Les deux faux journalistes qui ont perpétré l'attentat mortel contre le commandant Massoud auraient disposé de passeports belges.
Une information confirmée dimanche par le ministre tadjik des Affaires étrangères Igor Sattarov qui a encore ajouté: `Les terroristes se sont fait passer pour des journalistes. Il s'agit de Kassim Bocouli, 28 ans, et Karim Souzani, 34 ans, originaires du Maroc et qui vivaient en Belgique.´
Une dernière information officiellement démentie hier par Michel Malherbe, le porte-parole adjoint du ministère belge des Affaires étrangères. `Nous avons vérifié les identités de ces deux individus et ce sont de parfaits inconnus chez nous.´
Par contre, la chancellerie reconnaît que ces deux faux journalistes disposaient bien de passeports belges. `Ce sont des passeports qui ont été dérobés suite à des vols avec effraction dans nos consulats de La Haye et de Strasbourg en 1999. A chaque fois, il s'agissait de passeports vierges et les vols ont été signalés à Interpol´, continue Michel Malherbe qui explique encore que certains postes diplomatiques à l'étranger disposent de passeports de l'ancienne version pour faire face aux demandes des résidents. `Il s'agit d'une simple question de délais. Le nouveau système de centralisation des passeports en Belgique ne permet pas actuellement à nos postes diplomatiques de répondre à des demandes urgentes. C'est la raison pour laquelle des documents de ce type se trouvent encore dans nos postes diplomatiques.´
Impossible hier de savoir si d'autres consulats avaient reçu une visite analogue à celle de La Haye et de Strasbourg. Le ministère expliquait encore qu'il étudiait les moyens d'éviter des désagréments de ce type en revoyant la formule pour la livraison des passeports à l'étranger. `L'étude est en cours mais tant que nous n'avons pas trouvé la technique qui nous permettra de répondre rapidement aux demandes des ressortissants belges, nous devrons conserver des documents de ce type dans nos postes.´ Avec le risque, évidemment, de voir ressurgir d'autres affaires particulièrement embarrassantes comme celle-ci.