Monde En l'espace de quelques jours, plusieurs femmes ont décidé de tomber le haut afin de faire entendre leur voix.


Elles sont contre le Brexit et comptent bien le faire savoir ! Comment? En apparaissant seins nus à la télévision britannique. C'est Victoria Bateman, professeure d'économie à la prestigieuse université de Cambridge, qui a lancé l'idée. La semaine dernière, l'experte est ainsi apparue seins nus dans l'émission" Good Morning Britain" sur ITV. Sur sa poitrine, l'on pouvait lire "Brexit leaves Britain naked" (ndlr : le Brexit laissera la Grande-Bretagne toute nue"). Quelques jours auparavant, alors qu'elle était invitée pour parler du Brexit sur BBC Radio 4, elle a ôté son manteau et laissé apercevoir sa poitrine nue seulement recouverte du même slogan.

"Pendant la période du référendum, j'ai dû écrire des milliers de mots pour expliquer en quoi le Brexit serait mauvais pour le pays. J'ai pensé que c'était mieux de condenser tous ces mots en un seul message simple", a-t-elle argumenté sur le plateau d'ITV.

Une démarche qui suscite l'incompréhension chez certains. Ainsi, Henry Newman, le directeur du think tank Open Europe, présent sur le plateau, a jugé ce geste "embarrassant" et a déploré le fait que cela "ne fasse pas avancer la discussion". "Je suis une femme bien dans mon corps, et je suis heureuse de l'utiliser pour faire passer un message important qui concerne toute une génération (...) Pourquoi une femme ne pourrait-elle pas utiliser son corps autrement que pour faire l'amour ou pour faire des bébés?", lui a-t-elle aussitôt répondu.


Le fait d'être nue n'empêche bien évidemment pas Victoria Bateman d'exposer de sérieux arguments contre le Brexit. "L'économie britannique fait face à de nombreux problèmes en ce moment. Mais l'Union européenne n'en est pas responsable. Comment le Brexit est-il censé nous aider?", se demande-t-elle lors de chacune de ses interventions. 

La soeur de Boris Johnson tombe le haut

Cette démarche n'a laissé personne de marbre et a même fait une adepte de taille. Récemment, Victoria Bateman a ainsi été rejointe dans son combat par Rachel Johnson, qui n'est autre que la soeur de Boris Johnson, ex-ministre des Affaires étrangères, et partisan d'un Brexit "dur". La journaliste et présentatrice télé s'est dévêtue la semaine dernière durant l'émission de débats The Pledge diffusée sur Sky News. "Je sais combien il peut être dur de faire entendre sa voix", a-t-elle déclaré aux téléspectateurs tout en déboutonnant sa chemise. "Victoria Bateman, une militante pro-européenne a trouvé un moyen de se faire entendre. (...) Donc en hommage au Dr Bateman, j'ai décidé de faire de même à chaque fois que je parlerai du Brexit, histoire d'être sûre que je me fasse remarquer". Seins nus sur le plateau, elle a suscité quelques sourires gênés de personnes surprises par son geste. 


Une "économiste nue" qui n'en est pas à son coup d'essai

Cela fait en réalité des années que Victoria Bateman, l'initiatrice du "mouvement" a trouvé un moyen de se faire remarquer. Chez nos voisins anglais, elle est surnommée "the naked economist" (ndlr : l'économiste nue). Avant de donner des interviews nues, elle avait déjà donné des conférences dans le plus simple appareil. En janvier dernier, au Cambridge Junction Theater, elle avait pris la parole durant 1h pour s'opposer au Brexit. A la fin de la conférence, elle avait encouragé les participants à signer son corps pour créer "une pétition vivante". 

Notons également qu'il n'y a pas que pour le Brexit que Victoria Bateman a choisi de se dévêtir. Depuis 2014, elle est apparue nue à plusieurs reprises pour interroger les gens sur la sexualisation du corps des femmes ou pour défendre le droit des prostituées à gagner leur vie en vendant leur corps. 

"Les nus ne choquent pas dans le monde de l'art. (...) Beaucoup sont contents de voir des nus dans des musées. Mais dès que les nus prennent vie, nous sommes choqués. C'est acceptable uniquement si la femme est anonyme, absente et donc sous contrôle mais c'est mal dès qu'elle a une voix et l'utilise. Je voulais montrer à ceux qui pensent qu'une femme est juste un corps que derrière chaque femme nue se trouve une personne bien réelle", résumait en 2015 la principale intéressée dans une tribune publiée par le Telegraph